L’Actualité invités au dialogue par le ministère de l’éducation Nationale

Les syndicats menacent de boycotter l’entrevue

  • Placeholder

Nabila SAIDOUN Publié 15 Mai 2021 à 22:39

© Archives Liberté
© Archives Liberté

Ils soupçonnent la tutelle  de “vouloir gagner  du  temps” et disent “trancher la question” au  cours  de  la réunion d’évaluation de la grève qui doit avoir lieu incessamment.

Le débrayage de trois jours des travailleurs de l’éducation qui a eu lieu les 9,10 et 11 mai a fortement perturbé le fonctionnement des écoles sans que le ministère de l’Éducation nationale agisse pour arranger la situation. Il a fini, contre toute attente, par inviter les syndicats au dialogue dans le cadre de rencontres bilatérales prévues à partir du 17 mai. Mais les syndicats voient en cette initiative “une ultime manœuvre” pour “gagner du temps”.

Ils comprennent bien que la hantise du ministère est de voir les travailleurs de l’éducation, avec à leur tête les enseignants, boycotter les examens qui, hasard du calendrier, coïncideront avec les élections législatives.

La grève des travailleurs, pour rappel, a eu lieu à l’appel de quatorze syndicats réunis dans une intersyndicale de l’éducation. “Nous ne comprenons pas que le ministère puisse appeler à dialoguer, encore une fois, alors que nos revendications sont claires et méritent une réponse urgente tant la situation est difficile pour les travailleurs de l’éducation dont notamment les corps communs”, s’étonne Boualem Amoura, SG du Satef surtout que l’intersyndicale exige “des mesures urgentes”.

Il ajoute plus loin : “Pourquoi vouloir nous rencontrer individuellement dans le cadre de cet appel au dialogue alors que nous avons exprimé des revendications communes du moins celles qui portent sur l’amélioration du pouvoir d’achat et la retraite ?” Meziane Meriane, coordinateur du Snapest, n’en pense pas moins et nous fait part de ses craintes.

“Il y a un risque pour que ce qui s’est déjà passé avec Nouria Benghabrit, l’ancienne ministre de l’Éducation, se reproduise. Nous avons travaillé sur le dossier du statut particulier des travailleurs de l’éducation pendant trois années entières pour que tous nos efforts partent en fumée”.

À ce propos, il a tenu à préciser que “s’il y a lieu d’aller à la rencontre des membres du ministère c’est pour leur demander où est donc passé ce fameux document qui est complètement ficelé et pour quelle raison il n’a pas été pris en considération ?” C’est d’ailleurs tout aussi valable pour Sadek Dziri de l’Unpef et Zoubir Rouina du CLA.

Ce dernier, qui a déjà eu à décliner les invitations du ministère, pense continuer sur cette voie et soutient : “Certes c’est la réunion du bureau qui tranchera, aujourd’hui ou demain, cette question mais il est clair que nous restons très sceptiques quant aux intentions de notre tutelle.”

Les syndicats, semble-t-il, soupçonnent aussi la tutelle de “vouloir jouer la carte de la division” à trop focaliser sur “la révision du statut particulier” au lieu de prendre en charge le problème dans sa globalité. “Nous ne sommes pas dupes et nous ne tomberons pas dans ce piège”, a asséné le responsable du CLA insistant sur le fait que “la situation est intenable” et que “l’amélioration du pouvoir d’achat s’impose plus que jamais”.

Avis entièrement partagé par Sadek Dziri qui dit également “ne rien attendre de probant” des rencontres avec le ministère estimant que “la réponse à nos revendications revient aux plus hautes autorités du pays qui doivent réellement prendre au sérieux la détresse des travailleurs de l’éducation”. Il reste que les syndicats plus conscients des enjeux disent “trancher la question d’aller ou non au dialogue” au cours de la réunion d’évaluation de la grève qui doit avoir lieu dans les prochains jours. 
 

Nabila SAÏDOUN

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute