L’Actualité 416 cas détectés jusque-là dans 17 wilayas

Les variants provoquent la panique

  • Placeholder

Hanafi HATTOU Publié 04 Mai 2021 à 23:04

© Archives Liberté
© Archives Liberté

Le dernier  décompte  de  l’Institut  Pasteur montre bien que la courbe des  contaminations  par  les  divers  mutants  semble  poursuivre  sa hausse, sans répit, depuis le 25 février. 

Les nouveaux chiffres officiels liés à la circulation des  variants du virus Sars-CoV-2 laisse croire que les nouveaux mutants poursuivent leur progression en Algérie, notamment après la détection, pour la première fois, de cas de mutant indien. 

En effet, l’Institut Pasteur d’Algérie a  révélé avant-hier que pas moins de 7 wilayas comptent désormais des cas  du  nouveau  mutant  britannique.  Les séquenceurs de l’IPA ont détecté, en fait, pas  moins de 37 nouveau cas du variant britannique dont 23 cas confirmés uniquement dans la wilaya d’Alger, le reste est réparti à travers les wilayas de Blida, Béjaïa, Constantine, Médéa, Mila, et de M’sila.

Autant dire que le nombre de réservoirs des souches mutantes par wilaya commence à devenir important, en y ajoutant ceux détectés la semaine dernière dans les wilayas d’Ouargla, Tiaret, Tindouf, Tizi Ouzou, Oran, Aïn Salah, Bouira, Laghouat, El-Bayadh et Touggourt. Ce qui fait un total de 17 wilayas touchées par les variants. Selon la même source, pas moins de 6 cas du variant indien, responsable actuellement de la nouvelle explosion pandémique en Inde, ont été détectés dans la wilaya de Tipasa. 

Le dernier  décompte  du  Dr Fawzi  Derrar  montre  bien  que  la  courbe des mutants semble poursuivre, sans répit, celle des contaminations en Algérie qui compte, depuis le 25 février, un total de 416 dont 230 cas de variant nigérian et 180 cas d’origine britannique et 6 cas indiens. Jusqu’à hier, l’Institut Pasteur n’avait pas fourni de détails sur  le  profil  virologique  de  la  souche  mutante indienne dite “B.1.617.1”. 

Les experts de l’Institut Pasteur ne fournissent pas suffisamment d’indications épidémiologiques sur la chaîne de contamination  des cas  du  variant indien. D’où tout l’intérêt d’engager rapidement des enquêtes épidémiologiques qui permettront de retracer le profil clinique  ou  virologique  du contaminé et de repérer le premier “importateur” de ce double mutant indien.

D’ailleurs, le chef de l’État a insisté, lors de la dernière réunion consacrée à la crise sanitaire, sur l’urgence de lancer des enquêtes épidémiologiques sur les nouveaux variants, d’autant que toute une cellule dédiée à cette mission rattachée au Premier ministre a été créée, il y a près d’une année. Comment a été importé ces variants indien et britannique, alors que les frontières demeurent officiellement toujours fermées ?

Y a-t-il des caméras  thermiques  au  niveau  dans  les postes  frontières en mesure de détecter rapidement  un  variant ?  L’Algérie ne risque-t-elle pas d’affronter une nouvelle vague d'infections à cause de ces nouveaux variants ?

En tous cas, la transmissibilité et la virulence de cette nouvelle “tornade” virale à partir des nouveaux mutants du Sars-CoV-2 est observable au quotidien dans les décomptes annoncés par plusieurs pays du monde qui font difficilement face à la troisième vague de la pandémie de coronavirus.

Remonter le cas zéro du variant indien 
Les spécialistes de la lutte antivirale que nous avons pu joindre hier n’ont pas tenu de propos alarmistes ou pessimistes quant à l’évolution de la situation épidémiologique. Le Pr Kamel Djenouhat, président de la Société algérienne d’immunologie, estime que “le variant indien est rentré dans le pays bien avant la fermeture totale du pays. On ne peut pas identifier ce variant au niveau d’un poste frontalier fermé. En fait, ce mutant, indien ou autre, n’est détectable qu’à l’issue de l’opération de séquençage qui se fait uniquement à l’Institut pasteur”.

Son analyse s’appuie sur la thèse basée sur l’examen des périodes de découverte de ce variant en Inde le 5 octobre 2020 et son entrée en Europe. Pour lui, “la suspension de toute liaison avec l’étranger a été plus que bénéfique pour le pays, mais entre le 5 octobre et la période précédant la décision de la fermeture officielle des frontières, combien étaient-ils les ressortissants algériens rentrés au pays à partir des capitales européennes”.

Cette déclaration appartenant  au  président  de  la  Société algérienne d’immunologie laisse croire qu’il n’y a pas eu suffisamment  d’enquêtes épidémiologiques et d’opérations de séquençage pour remonter au cas zéro du variant indien. 

“L’Institut Pasteur a juste confirmé la circulation de ce variant en Algérie. Les personnes qui ont contaminé les six malades dans la wilaya de Tipasa n’ont pas bénéficié de séquençage. Qui les a donc contaminés ?”, déplorera-t-il. 

Le Pr Djenouhat regrettera au passage l’absence de séquençage massif et l’absence de chiffres liés au nombre de prélèvements de Covid positifs passés au “scanner” de l’IPA. À ce titre, l’immunologue de l’EPH de Rouiba a tenu à lancer un appelurgent à l’effet de renforcer le séquençage, en réactivant cette activité au niveau des annexes de l’Institut Pasteur à Oran, M’sila, Constantine, ainsi qu’au niveau des laboratoires des hôpitaux. 

“Le renforcement du séquençage du virus va permettre d’avoir une meilleure visibilité sur la circulation des variants en Algérie. Il y a des labos d’hôpitaux qui font cette activité de séquençage, mais à d’autres fins”, expliquera encore le Dr Kamel Djenouhat.

Plus loin, il soutiendra qu’aucune étude n’a encore confirmé la virulence du variant indien qui a accéléré la transmissibilité à New Delhi au point de recenser plus de 400 000 contaminations en 24 heures.  “Cette situation pandémique affligeante en Inde s’explique par l’inobservance des mesures barrières sanitaires, notamment lors de leurs fêtes religieuses qui sont nombreuses.” 

Alors, l’infectiologue Aït Ali Slimane Amar de l’hôpital El-Kettar a bien nuancé ses propos en soulignant que la situation n’est pas aussi alarmante dans les hôpitaux. “Mais si ça persiste, nous serons contraints de rouvrir d’autres services pour le Covid qui étaient refermés à la faveur du ralentissement de la pandémie. Si les citoyens continuent à faire fi des mesures sanitaires, il y aura une flambée des contaminations et les nouveaux variants risqueront de supplanter les contaminations par le Sars-coV-2”, avertira le Dr Aït Ali Slimane.
 

Hanafi H.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute