L’Actualité Toufik Hakkar, président-directeur général de Sonatrach

"Nous prévoyons d'investir 8 milliards de dollars en 2022"

  • Placeholder

Youcef SALAMI Publié 27 Février 2022 à 10:52

© D.R
© D.R

La crise ukrainienne pourrait accentuer les tensions sur le marché gazier européen et perturber les approvisionnements. Sonatrach pourrait apporter des quantités supplémentaires grâce à “une capacité non utilisée sur le gazoduc transméditerranéen”. Toufik Hakkar souligne, dans cet entretien, que la contribution de l’entreprise qu’il dirige “pourrait s’étendre aux pays non desservis par les gazoducs reliant l’Algérie à l’Europe à travers des ventes GNL”. Néanmoins, explique-t-il, ces appoints en gaz naturel et/ou en GNL sont “tributaires de la disponibilité de volumes excédentaires”, après satisfaction de la demande du marché national, de plus en plus importante, et de ses engagements contractuels envers ses partenaires étrangers. Le premier responsable de Sonatrach fait du respect des engagements contractuels un élément de premier ordre de la politique d’exportation. Et d’affirmer : “Nous continuerons à honorer nos engagements envers nos clients, notamment pour le gaz naturel, et nous placerons tout excédent sur le marché spot” qui affiche actuellement des conditions favorables en matière de prix. Dans un tout autre registre, Toufik Hakkar a révélé un plan d’investissement de “8 milliards de dollars pour l’année 2022”, en ligne avec les objectifs à moyen terme que s’est fixés l’entreprise. 

Liberté : Quel état des lieux peut être établi sur l’évolution de Sonatrach, 51 ans après la nationalisation des hydrocarbures ?

Toufik Hakkar : Effectivement, Sonatrach célèbre cette année le 51e anniversaire du 24 Février 1971, date historique de la proclamation de la nationalisation des ressources naturelles et du plein recouvrement de l’Algérie de sa jouissance légitime sur l’ensemble des richesses de son sous-sol. 51 ans, c’est plus d’un demi-siècle d’un parcours riche, plein d’événements, ponctué de réalisations éclatantes du jeune état algérien qui, à travers Sonatrach, s’est donné l’ambition et les moyens d’assurer sa mission fondamentale envers notre peuple : assurer la sécurité énergétique du pays sur le long terme et contribuer au développement et à la modernisation de l’économie nationale. Ces deux missions sacrées, Sonatrach s’est attelée à les mener à bien durant toute cette longue période, en adaptant ses objectifs de développement aux impératifs induits par l’évolution permanente du marché énergétique mondial et les conséquences de bouleversements profonds parfois imprévisibles, à l’instar de la survenue de la pandémie de Covid-19 à l’orée de l’année 2020, sans doute l’année qui a le plus impacté le secteur énergétique international avec un net recul de l’activité et une forte baisse de la demande mondiale en énergie. 
Aujourd’hui, à l’occasion de cette célébration de la date historique du 24 Février, je tiens à rendre un vibrant hommage à l’esprit pionnier des femmes et des hommes qui ont assumé avec courage et brio le grand défi de la reprise en main de l’outil de production, au lendemain de la nationalisation de nos hydrocarbures, en assurant la continuité de l’activité. Grâce à leur implication totale, le processus de nationalisation a pris corps et Sonatrach a amorcé sa transformation en se développant sur l’ensemble de la chaîne de valorisation des hydrocarbures, mais également en se diversifiant sur plusieurs activités annexes et connexes à son cœur de métier, pour devenir actuellement une entreprise intégrée de l’amont à l’aval et un acteur de la scène énergétique régionale et mondiale. 

Quelles ont été les principales étapes du développement du secteur pétrolier ?   

La compagnie nationale des hydrocarbures a su relever le défi depuis la nationalisation des hydrocarbures en assurant, pendant cinq décennies, un développement soutenu du secteur pétrolier et gazier, à travers quatre phases majeures : 
-Phase de développement gazier durant les décennies 70 et 80, notamment à travers l’extension du gisement de Hassi R’mel et la réalisation de gazoducs et de complexes GNL.
-Phase de développement du partenariat dans l’exploration durant la décennie 90, suite à la promulgation des lois 86-14 et 91-01.
- Phase de mise en production des gisements en partenariat et montée en cadence de la production durant les années 2000. Durant cette même phase, Sonatrach a entamé le développement des activités à l’international.
-Phase de poursuite de l’effort d’exploration et de développement des gisements et de consolidation des capacités de liquéfaction (réalisation de deux mégatrains GNL), de raffinage (programme de réhabilitation des raffineries du Nord), de pétrochimie (réalisation en partenariat de deux complexes d’ammoniac et d’urée) et d’exportation de gaz (réalisation du gazoduc Medgaz Algérie - Espagne). 
Cet effort de développement continu, durant des décennies, a permis à la compagnie d’asseoir sa position de locomotive de l’économie nationale et de groupe intégré à dimension internationale, opérant sur plus de 150 gisements de pétrole et de gaz et disposant de 22 000 km de pipelines, de quatre complexes de liquéfaction de gaz naturel d’une capacité de plus de 50 millions de mètres cubes par an, de six raffineries en Algérie d’une capacité de plus de 30 millions de  tonnes/an et d’importantes autres infrastructures (gazoducs, navires, installations portuaires) lui permettant de maintenir ses niveaux d’exportation tout en assurant l’approvisionnement du marché national.  Forte de cette expérience et de l’expertise acquise ces dernières décennies, Sonatrach et l’ensemble de ses travailleurs continuent à œuvrer pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain, ceux liés notamment à la mobilisation de nouvelles réserves, au développement du raffinage et de la pétrochimie ainsi qu’à la participation au développement économique et énergétique futur du pays.

L’année 2021 a été moins difficile que 2020 pour la compagnie nationale. Quels ont été les plus grands challenges de 2021 ?  

Après une année 2020 caractérisée par la double crise sanitaire et pétrolière, l’année 2021 a été celle de la relance de l’activité économique dans le monde et de la reprise de la demande en produits énergétiques, entraînant une augmentation des cours des hydrocarbures, avec des prix du pétrole qui ont poursuivi leur appréciation régulière depuis plus d’un an et qui ont clôturé l’année à une moyenne supérieure à 70 dollars le baril et des prix du gaz qui ont atteint des niveaux inédits, tirés par la demande asiatique et européenne. Ce contexte, conjugué aux efforts consentis par l’entreprise, nous a permis d’améliorer sensiblement nos résultats, sur le plan tant des volumes que financier. Ainsi, nous avons réalisé en 2021 un chiffre d’affaires à l’export dépassant les 35 milliards de dollars, contre 20 milliards de dollars en 2020, résultat de l’augmentation de la production primaire d’hydrocarbures de 5% et des volumes d’exportation de 17% par rapport à 2020. 
En matière de production qui a atteint 185 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP) en 2021, l’augmentation provient de l’effort de maintien de nos gisements en exploitation, mais également de la mise en œuvre de notre programme de développement à travers la mise en service de plusieurs projets, parmi lesquels le boosting Hassi R’mel dont le démarrage est intervenu en deux phases en 2020 et 2021 et les gisements gaziers de Tinhert et de la périphérie Gassi Touil. 
L’apport de ces projets nous a permis de satisfaire le marché national dont les ventes ont totalisé 64 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP), en hausse de 8% par rapport à 2020, et de relever notre niveau d’exportation à 95 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP) pour faire face à une demande soutenue tout au long de l’année 2021. Par ailleurs, et dans le cadre de la satisfaction du marché national en carburants, la concrétisation du programme de réhabilitation des raffineries et les actions entreprises en faveur de l’optimisation de la production nous ont permis en 2021 de répondre à la totalité de la demande en essences et gasoil et d’arrêter leur importation. Sur un autre plan, l’année 2021 a été marquée par la signature du premier contrat d’exploration et de production, sous l’égide de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, avec le partenaire Eni sur le bassin de Berkine. 

D’un autre côté, Sonatrach a procédé à l’installation du comité d’éthique chargé de veiller au renforcement des pratiques liées à l’éthique au sein de l’entreprise et à la signature de la “Déclaration générale de la politique du contenu local et de l’intégration nationale”, qui vise à intégrer davantage les sociétés nationales dans la réalisation des projets de développement de Sonatrach et à développer la production locale des équipements et services. 

Par ailleurs, et en application des directives du président de la République pour fournir de l’eau potable aux citoyens de manière durable, la compagnie nationale des hydrocarbures a procédé durant l’année 2021 au lancement de quatre projets urgents de dessalement d’eau de mer, dans le prolongement de ses efforts dans ce domaine qui ont permis auparavant l’achèvement de 11 usines de dessalement d’eau de mer. La capacité totale supplémentaire produite par ces quatre usines atteindra 350 000 m3 par jour, répartis sur les wilayas d’Alger, de Tipasa et de Boumerdès. 

Quels sont vos objectifs pour 2022 ? 

Pour l’année 2022, les objectifs fixés par Sonatrach sont en ligne avec sa stratégie de développement et les enjeux nationaux et internationaux auxquels elle fait face. Ainsi, nous comptons poursuivre l’effort d’exploration et de développement des gisements avec l’objectif d’augmenter notre production pour satisfaire les besoins du marché national, qui connaîtront à moyen terme une croissance moyenne de l’ordre de 5% par an. En matière d’exportation, nous continuerons à honorer nos engagements envers nos clients, notamment pour le gaz naturel, et nous placerons tout excédent sur le marché spot qui affiche actuellement des conditions favorables en matière de prix. Notre plan d’investissement pour l’année 2022 avoisinera les 8 milliards de dollars et s’inscrit dans le cadre de nos objectifs à moyen terme. 
Il vise, entre autres, à mobiliser de nouvelles réserves de pétrole et de gaz, à travers plusieurs projets de développement de gisements, tels que Touggourt, Hassi Bi Rekaiz et Berkine Sud pour l’huile, Isarene, TFT et les gisements du Sud-Ouest pour le gaz, et à développer des capacités de raffinage, à travers la réalisation d’une nouvelle raffinerie à Hassi Messaoud et d’une unité de conversion de fuel à la raffinerie de Skikda. Le plan prévoit également le développement de la pétrochimie, principalement l’unité de production de Méthyl Tert Butyl Ether (MTBE) à Arzew, l’unité de production de Linear Alkyl Benzène (LAB) à Skikda et le complexe de production de polypropylène à Arzew, en partenariat avec TotalEnergies. Outre ces projets, Sonatrach poursuivra les discussions entamées avec ses partenaires autour de projets importants dans l’amont et la pétrochimie en vue de se prononcer sur la décision de leur développement. Sur le plan interne, nous prévoyons au cours de l’année 2022 la mise en œuvre de projets structurants liés à la modernisation des processus de l’entreprise, à l’instar du système d’information et du processus de gestion des ressources humaines.

Pouvez-vous nous parler des activités de Sonatrach à l’international ?

D’abord, il faut noter que depuis les années 2000, la compagnie nationale s’est déployée à l’international sur l’ensemble des segments de la chaîne pétrolière. Ainsi, dans le segment amont, elle opère dans plusieurs pays – Libye, Mali, Niger et Tunisie – où nous avons engagé des travaux d’exploration, sanctionnés par plusieurs découvertes de pétrole et de gaz en Libye et au Niger. 
Récemment, Sonatrach et la National Oil Corporation (Libye) ont signé à Tripoli (Libye) un protocole d’accord pour renforcer leur partenariat dans le secteur pétrolier et gazier. Le protocole vise la reprise des activités de la compagnie nationale en Libye afin de remplir ses obligations contractuelles et commencer à développer les champs découverts. Cet accord permettra également de renforcer la coopération dans les domaines de la réalisation de projets pétroliers et gaziers, ainsi que des services, de l’apprentissage et de la formation. 
Il a été procédé également, le 4 février 2022 à Niamey (Niger), à la signature du contrat de partage de production actualisé du bloc Kafra, avec le ministère du Pétrole, de l’Énergie et des Énergies renouvelables de la République du Niger. L’actualisation de ce contrat a pour objectif de permettre une meilleure évaluation du potentiel d’hydrocarbures du bloc Kafra suite à la découverte d’huile à l’issue des travaux de forage d’exploration. 
Nous sommes également présents au Pérou, où nous détenons des participations dans le champ en production de Camisea et dans des canalisations de transport.  Dans le segment aval, nous opérons dans le raffinage en Italie et dans la pétrochimie et la regazéification en Espagne. Aussi, nous sommes en phase de développement en partenariat d’un projet pétrochimique en Turquie pour la production de polypropylène. À ce titre, nous avons signé, en octobre 2021 en Turquie, trois contrats avec notre partenaire turc, Rönesans, pour produire du polypropylène plastique de haute qualité dans la ville de Ceyhan. Ce projet stratégique, d’un coût de 1,7 milliard de dollars, où Sonatrach participe à hauteur de 34%, sera approvisionné en matière première (propane algérien) dans le cadre d’un contrat à long terme basé sur les prix du marché international. 
La compagnie nationale est également présente dans le trading du gaz et des produits pétroliers en Espagne et au Royaume-Uni. 
À moyen terme, elle compte poursuivre l’exécution de ses engagements contractuels sur les blocs d’exploration qu’elle détient en Afrique et œuvre à renforcer sa présence dans ce continent, qui nous offre des opportunités d’exporter nos services, notamment dans les domaines de la géophysique, le forage, la réalisation des projets, la distribution de produits pétroliers et la formation. 
Nous évaluerons également toute opportunité dans d’autres régions du monde qui peut générer de la valeur et qui s’inscrit dans le cadre de nos objectifs liés à la production et à la valorisation 
des hydrocarbures et de l’énergie en général.

Avec la crise ukrainienne, le marché gazier européen évolue dans un contexte géopolitique extrêmement sensible. Comment Sonatrach compte-t-elle s’y redéployer ?

De par sa proximité avec l’Algérie, l’Europe est le marché naturel de prédilection pour les produits énergétiques algériens. L’Algérie contribue à hauteur de 11% dans le total des importations en gaz du continent. 
L’alimentation du marché européen se fait via son réseau de pipelines qui cumule une capacité d’expédition de 42 milliards de mètres cubes de gaz naturel et sous forme liquéfiée grâce à une capacité de production de plus de 50 millions de mètres cubes de GNL et une flotte de 6 méthaniers. 
Sonatrach entretient des relations commerciales historiques avec des partenaires européens, notamment espagnols et italiens, qui considèrent la compagnie nationale des hydrocarbures comme un fournisseur fiable et un acteur important et stratégique sur le marché du gaz. 
L’entreprise dispose d’une capacité non utilisée sur le gazoduc transméditerranéen, qui pourrait être utilisé pour augmenter les approvisionnements du marché européen. 
Aussi, la contribution de Sonatrach pourrait s’étendre aux pays non desservis par les gazoducs reliant l’Algérie à l’Europe à travers des ventes de GNL. Néanmoins, ces appoints en gaz naturel et/ou en GNL sont tributaires de la disponibilité de volumes excédentaires après satisfaction de la demande du marché national, de plus en plus importante, et de ses engagements contractuels envers ses partenaires étrangers. 
Sonatrach est et restera un partenaire et un fournisseur fiable de gaz pour le marché européen et est constamment disponible et disposée à soutenir ses partenaires de long terme en cas de situation difficile. 

 

Entretien éalisé par : Youcef Salami 

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 60 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  3. Déclaration d’Issad Rebrab

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute