L’Actualité LE CAP DE LA RÉPRESSION MAINTENU AU LENDEMAIN DES LÉGISLATIVES

NOUVELLE VAGUE DE CONDAMNATIONS DE HIRAKISTES

  • Placeholder

Lyes MENACER Publié 13 Juin 2021 à 22:04

© D. R.
© D. R.

Les condamnations à la prison continuent de pleuvoir sur les manifestants du Hirak à travers plusieurs villes du pays, au lendemain des élections législatives marquées par des incidents en Kayblie, à Bouira plus précisément où plusieurs personnes ont été placées en garde à vue, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). 

La plus lourde peine a été prononcée à l’encontre de Hamouda Tayyib, condamné hier à 18 mois de prison ferme par le tribunal de Chlef pour “outrage à corps constitué”, “incitation à attroupement non armé” et “publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national”.

Il  a été arrêté vendredi 14 mai à sa sortie de la mosquée, rappelle le CNLD. A El Taref, Sidali Boumahmi a été condamné hier à un an de prison ferme assorti d’une amende. Jugé en comparution immédiate, cet étudiant a été arrêté le 3 juin dernier à son domicile au milieu de la nuit pour “outrage à corps constitué”, “publication de fausses informations” et “atteinte à la personne du président de la République”, selon la même source, alors que deux autres militants du Hirak de cette wilaya, Salah Zerfa et son frère, sont toujours en garde à vue, après leur arrestation le 6 juin. 

Leurs voisins, Aïssa Filali et Mohamed Faouzi Ounissi, ont été arrêtés le 7 juin. Plusieurs autres militants ont été arrêtés à Annaba, dont Mohamed Tebainia (placé en garde à vue) et son épouse Samia qui a été relâchée, alors qu’à Sétif, Farid Elbar a été interpellé chez lui à El Eulma et transféré vers El Taref, où il sera présenté devant la justice dans les prochaines heures.

Jugée en comparution immédiate, Ryma Zaidi a été condamnée hier par le tribunal de Sidi Bel-Abbès à un mois de prison avec sursis. “Elle a été arrêtée ce samedi 12 juin au moment où elle faisait une vidéo live pour rejeter les élections législatives”, a rapporté le CNLD. 

A Tiaret, le journaliste Abdelkader Berdiha a été placé hier sous contrôle judiciaire pour “publication de fausses informations” et “perturbation des élections”. Interpellé vendredi à El Harrach, Amine Aksa a été placé hier sous mandat de dépôt et son procès a été renvoyé au 20 juin prochain, après sa comparution immédiate devant le juge du tribunal d’Hussein-Dey à Alger. 
 

Lyès MENACER

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute