Scroll To Top

A la une / Actualité

Abdelbaki Benziane à propos des anomalies enregistrées dans les concours de doctorat

“Quatre enquêtes ont été diligentées”

Abdelbaki Benziane, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. © D.R.

Un nombre inédit de candidats qui se sont présentés aux concours d’accès aux formations de troisième cycle universitaire pour l’obtention du doctorat a été enregistré cette année. “Pas moins de 670 000 candidats ont pris part aux 2 500 concours organisés à travers les différentes universités du pays.” C’est ce qu’a révélé, depuis Constantine, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdelbaki Benziane, lors de sa rencontre avec la communauté universitaire de cette wilaya à l’auditorium Mohamed Seddik-Benyahia du campus central des frères Mentouri.

Des concours qui se sont déroulés, selon le ministre, dans de bonnes conditions, en dépit des contraintes induites par la crise sanitaire. Minimisant l’impact des irrégularités qui auraient entaché le déroulement des épreuves dans certains centres universitaires et les délibérations réglementées cette année pour une remise des résultats dans les 72 heures qui suivent les examens, Abdelbaki Benziane a, néanmoins, reconnu quelques petits cas de suspicion d’anomalie et/ou d’iniquité qui ont nécessité la mise sur pied de commissions d’enquêtes diligentées par la tutelle. “Il ne s’agirait que de quatre épreuves sur les 2 500 concours”, reconnaîtra le ministre.
Lors de cette même rencontre, Abdelbaki Benziane a mis l’accent sur “les attentes et préoccupations de la communauté universitaire en termes de programmes et de projets qui aspirent à l’amélioration de la qualité de la formation, de la recherche et de la bonne gouvernance et à même d’impacter positivement le rôle des établissements universitaires.

Une visite qui intervient, selon lui, “dans le cadre du programme national de visites d’inspection des différentes structures du secteur à l’effet de se pencher sur leurs réalisations en matière de formation, d’enseignement, de recherche scientifique et d’association avec l’environnement économique national et international. Elle est aussi une occasion pour enclencher le dialogue et le contact direct avec la communauté universitaire, selon la démarche adoptée depuis juillet 2020 qui permet une meilleure visibilité et appréciation des différents problèmes qu’elle rencontre et, partant, d’œuvrer en concert pour trouver des solutions suivant les moyens disponibles, ainsi que son association dans la prise de décision et la participation par des propositions concrètes”. Rappelant les étapes par lesquelles est passée l’Université de Constantine depuis les années 1960, le ministre se félicitera que cette wilaya compte, désormais, “pas moins de quatre grandes universités dont une ville universitaire (l’Université 3) qui peut constituer une véritable locomotive du développement local et national par ses moyens et ses compétences, notamment à travers les textes législatifs et lois organiques entrés en vigueur, et qui permettent des partenariats entre l’université et son environnement socioéconomique”. 

Kamel Ghimouze


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER