Scroll To Top

A la une / Actualité

CAMPAGNE DE VACCINATION À MASCARA

Réticence et indifférence de la population

© Louiza Ammi/Archives Liberté.

Entamée le 19 février dernier, la campagne vaccinale contre la pandémie de Covid-19 se poursuit dans l’indifférence quasi totale, même si dans certaines communes, les agents de la santé ont fait du porte-à-porte, sans toutefois obtenir des résultats satisfaisants.

Sur le million d’habitants que compte la wilaya de Mascara, seulement quelque 170 000 personnes, âgées de plus de 18 ans, ont été vaccinées, soit un taux inférieur à 20%. 

Certains citoyens refusent carrément de se faire vacciner évoquant diverses raisons. Au sein des populations rurales, près de la moitié refuse de se faire vacciner, tandis qu’en ville, le chiffre avoisine les 25%, selon nos informations recueillies auprès de professionnels de la santé à Mascara, qui ont requis l’anonymat.

Ces chiffres sont très significatifs car ils traduisent l’état d’esprit qui anime la population de Mascara qui n’accorde que très peu d’intérêt à cette campagne de vaccination.

Pourtant et dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus, les services sanitaires de la wilaya de Mascara ont déployé de grands efforts et d’importants moyens pour la réussite de cette opération. Mais les résultats obtenus jusque-là sont loin de répondre aux objectifs assignés.

En effet, outre les autorités locales, les responsables des différentes structures de santé, les médecins du secteur privé et les acteurs de la société civile se sont mobilisés, afin de faire vacciner le plus grand nombre possible de citoyens, et limiter, ainsi, la propagation du virus.

Dans ce contexte, force est de constater que la wilaya de Mascara, qui a été lourdement impactée par la pandémie de Covid-19, n’a pas pu faire adhérer ses habitants à cette campagne, qui connaît aussi des difficultés à travers d’autres wilayas du pays.

À ce titre, les éléments des équipes sanitaires chargées de ce combat contre cet ennemi inconnu se sont heurtés à plusieurs obstacles qui ont entravé leur tâche, dont l’attitude négative des citoyens qui ont adopté une attitude marquée par une réticence inexpliquée. Si les populations des cités ont été convaincues de la nécessité du vaccin, celles des zones rurales n’ont pas été au rendez-vous. 

Le lourd poids des traditions, interdisant entre autres aux femmes de quitter leur foyer, a beaucoup contribué à ce qui pourrait être qualifié d’“échec” de cette campagne dans les zones rurales. Les éléments des équipes médicales n’ont pas hésité à effectuer les déplacements dans ces zones, afin de toucher les populations qui résident dans les zones éparses, mais sans parvenir pour autant à accomplir leur mission. 
 

A. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER