L’Actualité Bordj Bou-Arréridj

Sit-in de protestation des enseignants contractuels

  • Placeholder

Chabane BOUARISSA Publié 16 Février 2022 à 10:25

Des dizaines d’enseignants contractuels ont organisé, hier, un sit-in de protestation devant le siège de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. Ils brandissaient des pancartes par lesquelles ils demandaient le règlement de leur situation financière, notamment leurs salaires qu’ils n’ont pas touchés, pour certains, depuis 2019. D’après les concernés, cette action de protestation a été organisée à la suite de l’accumulation de problèmes qui viennent s’ajouter à celui du non-versement de leurs salaires depuis 2019. Ils exigent de voir leur situation financière, demeurée pendante, prise en charge.

“À chaque rentrée scolaire, les enseignants contractuels répondent à l’appel de la tutelle qui les sollicite pour pallier le manque d’effectif, sachant qu’ils ne bénéficient pas des mêmes droits qu’un enseignant titulaire”, dit Djaâfar, un des représentants des protestataires qui ajoute : “Nous n’avons pas touché nos salaires, ni les congés de maladie ni les primes de rendement. Nous vivons tous à crédit depuis 2019.” “Moi, je travaille à une quarantaine de kilomètres de ma localité de résidence, dans une zone enclavée. Pour me déplacer, je dois dépenser de l’argent que je demande encore à mes parents ou à mes amis. Maintenant, tout le monde m’évite pour ne pas me prêter de l’argent”, dira Nacira une jeune enseignante. 

Par ailleurs, ces enseignants ont rappelé qu’ils ont déjà organisé plusieurs sit-in devant la Direction de l’éducation mais n’ont obtenu aucune réponse. “C’est pour cela que nous avons organisé ce sit-in aujourd’hui, devant le siège de la wilaya”, disent-ils, en rappelant que dans d’autres wilayas, ce problème a été réglé et les enseignants touchent leur paie mensuellement. En attendant une prise en charge sérieuse de leurs doléances, les 1 057 enseignants contractuels de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj misent sur une intervention du premier responsable de la wilaya pour examiner leur cas et prendre une décision dans les meilleurs délais.

 


Chabane BOUARISSA

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute