L’Actualité CHAFFAÂ BOUAÏCHE EMPORTÉ PAR LA COVID

UNE FOULE NOMBREUSE SALUE UN MILITANT POLITIQUE ENGAGÉ

  • Placeholder

Moussa OUYOUGOUTE Publié 21 Juillet 2021 à 22:26

© D. R.
© D. R.

Ce sont des  centaines  de personnes, de tous  les  âges, qui ont assisté, hier, à l’enterrement de l’ancien député de Béjaïa, Chaffaâ Bouaïche, dans la commune de Timezrit.

L’ancien député du Front des forces socialistes (FFS) est mort lundi des suites de sa contamination par la Covid-19 à l’âge de 47 ans. Un coup dur aussi bien pour sa famille biologique que politique, qui perd à travers ce militant “atypique, engagé et combatif l’homme des causes justes”, pour reprendre un cadre du parti à Béjaïa.

Ses camarades du parti de Hocine Aït-Ahmed perdent surtout un militant actif sur le terrain des luttes citoyennes et démocratiques et présent médiatiquement, notamment à travers les réseaux sociaux, Facebook plus singulièrement, où il ne manquait pas de poster ses points de vue, mais aussi ses “coups de gueule” sur les questions qui agitent la scène politique nationale et locale.

Le premier secrétaire du FFS, Youcef Aouchiche, qui s’exprimait à chaud après l’enterrement de Chaffaâ Bouaïche, déclare : “Aujourd’hui, nous n’avons pas enterré Chaffaâ, mais nous avons semé sa graine. J’espère qu’il va pousser dans les cœurs de tous les gens qui sont venus à Timezrit.” Et d’enchaîner : “Le combat pour lequel il a consacré une bonne partie de sa vie ne sera pas vain. Nous le poursuivrons jusqu’à ce que la liberté et la démocratie soient consacrées dans notre pays. Et que l’on bâtisse notre pays sur de bonnes bases. Nous sommes tous ses enfants.”

Le  président  de  l’APW  de  Béjaïa, Mhenni   Haddadou  insistera, lui,   pour rappeler les responsabilités assumées par Chaffaâ Bouaïche au sein du FFS depuis des années. “C’était le porte-parole du FFS ; il était secrétaire national chargé de la communication. Il a été député deux fois. Il avait été secrétaire national à l’époque de Hocine Aït-Ahmed. 

Il n’a pas trahi la mémoire de Si l’Hocine. Il a honoré la mémoire des anciens de 1963 mais aussi de tous les militants”, témoigne-t-il. Il annoncera, dans la foulée, l’organisation, pour le 40e jour de son décès, d’un hommage qui sera à la hauteur du militant engagé qu’il a été. Il a rappelé, en outre, que Chaffaâ Bouaïche ne s’est “jamais tu sur la hogra, l’injustice et la corruption. Il a, de tout temps, répondu présent pour relayer les doléances des citoyens”.

C’est   d’ailleurs  l’essentiel   du  message  qu’a  voulu  transmettre  son  père dans son message, adressé  en  guise  de  remerciements aux  centaines de personnes qui ont fait le déplacement pour accompagner son fils à sa dernière demeure. “Même vendredi dernier, les gens  ont  continué  à le solliciter. Son téléphone n’a pas cessé de sonner alors qu’il était mourant”, déplore-t-il. 

 

M. OUYOUGOUTE

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute