L’Actualité Feu vert pour l'entrée au pays sous conditions

Vers la réouverture des frontières

  • Placeholder

Nabila SAIDOUN Publié 14 Mai 2021 à 23:42

© Archives Liberté
© Archives Liberté

Les  personnes  entrant  en  Algérie - ressortissants  ou  étrangers - devront présenter à leur arrivée un test PCR de moins de 36 heures, et se  soumettre  à  un  autre  test  à  l’arrivée  et, au  besoin, à  un  confinement si le résultat est positif, le tout à leurs frais.   

Après plusieurs refus concernant la réouverture de ses frontières, l’Algérie semble avoir revu sa copie et s’achemine vers une réouverture sous des conditions strictes. En visite jeudi à l’hôpital de Boufarik, Abderrahmane Benbouzid,  ministre  de  la  Santé, de  la  Population  et  de  la  Réforme hospitalière, a annoncé la couleur  en  attendant  le  feu  vert  des  hautes autorités  du  pays  car, reconnaît-il, “cela  ne  relève  pas  de  mes prérogatives”.

“Nous avons mené une étude et donné des instructions, selon les orientations du  Comité  scientifique, en  vue  d'autoriser  prochainement  l'entrée  des Algériens et des étrangers sur le territoire national, mais dans le cadre de mesures très strictes”, a-t-il précisé. Et pour permettre “cette réouverture” qui semble “imminente”, le ministre de la Santé a indiqué la démarche à suivre, à savoir que “pour être éligibles, les personnes entrant en Algérie - ressortissants ou étrangers - devront présenter, à leur arrivée, un test PCR de moins de 36 heures et se soumettre à un autre test que nous estimons fiable.

En cas de résultat positif, les personnes infectées seront soumises à un confinement de 10 jours. Tests et confinement seront à leurs frais.” Benbouzid a également évoqué le cas des personnes issues des pays estimés “à haut risque” : “Les voyageurs en provenance de pays où les variants sont très répandus seront soumis à d'autres examens, sachant que les symptômes n’apparaissent pas systématiquement dès le début de la contamination.”

Le premier responsable du secteur de la santé a rappelé que “l’Algérie  a  des relations  économiques  et  commerciales  avec  certains  pays  et  il  y  a des étrangers qui viennent dans ce cadre”, et, par  conséquent, a-t-il  ajouté,  “les mesures prises s'inscrivent dans le cadre de la protection  de nos concitoyens contre les nouveaux variants”. Benbouzid ne s’est pas montré très disert sur le sujet laissant le soin du  détail, probablement, aux  plus  hautes autorités pour répondre à nombre d’interrogations.

Car certaines zones d’ombre persistent. S’agit-il d’une réouverture totale ou partielle des frontières ? Aussi, il n’a pas été précisé si cette démarche concerne uniquement les étrangers et les ressortissants algériens ou alors l’ensemble des Algériens, y compris ceux qui voudraient partir au départ d’Alger sans distinction et sans autorisation préalable. 

Apaisement ou démarche électoraliste ? 
Il faut dire que jusque-là, hormis les vols de rapatriement, les ressortissants algériens pouvaient regagner le pays, seulement à bord de vols de compagnies étrangères dont essentiellement Air France, pour des raisons dites “impérieuses”, munis d’une autorisation spéciale délivrée par le département des Affaires étrangères.

Une possibilité, également, valable au départ d’Alger avant que cela ne soit suspendu au début du mois de mars. Lorsque les pouvoirs publics avaient voulu reconduire cette procédure à la fin du mois de mars, l’option a soulevé un tollé général qui n’a pas manqué de les faire revenir sur leur décision. Cela n’a pas empêché des allers et venues d’étrangers et d’une catégorie de ressortissants algériens, ainsi que des Algériens du pays sans que personne sache à quelles règles cela obéissait.

Un état de fait qui n’a pas laissé indifférente toute la communauté algérienne établie un peu partout dans le monde qui s’est largement manifestée via les réseaux sociaux ou par le biais de plusieurs organisations représentant la communauté algérienne établie dans différents pays du monde.

Elle a également réclamé la réouverture des frontières. Un cri de détresse qui aurait été entendu. Mais au regard du contexte sanitaire marqué par l’apparition de nouveaux variants et le retard accusé dans la vaccination, il n’est pas exclu que la démarche obéisse à des considérations électoralistes.  
 

Nabila SAÏDOUN

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute