L’Actualité Accusé, entre autres, d’”atteinte à l’entité divine”

Walid Kechida condamné à 3 ans de prison ferme

  • Placeholder

Faouzi SENOUSSAOUI Publié 05 Janvier 2021 à 09:04

© D.R
© D.R

Le tribunal de Sétif a condamné, hier lundi, l’étudiant et militant du Hirak, Walid Kechida,  25 ans, à une peine de trois ans de prison ferme assortie d’une amende d’un montant de 500 000 DA. En effet, le jugement est mis en délibéré depuis le 21 décembre dernier. Le jeune Kechida était poursuivi pour “atteinte à l’entité divine”, “atteinte à corps constitués”, “outrage et offense au président de la République” et “atteinte aux agents de la force publique”, et ce, conformément aux articles 144, 144 bis et 144 bis 2 du code pénal, et le verdict a été rendu public hier. C’est ce que nous a confirmé, hier, Me Betka Fouad, l’un des avocats de la défense de l’activiste.

“Cette sentence est très lourde. Nous sommes émus et surpris car au moment où nous nous attendions à ce que notre client soit libéré ou relaxé aujourd’hui (NDLR : hier lundi), il a été lourdement condamné”, nous dira Me Betka Fouad du collectif des avocats du jeune Kechida.  “Nous avons décidé de faire appel dans les délais prévus par la loi, à savoir dans dix jours au plus tard”, a affirmé à Liberté le représentant des avocats au sortir du tribunal. “Maintenant, nous devons tous nous mobiliser aux côtés des avocats au procès en appel”, a déclaré à un confrère, M. Tasnaout, coordinateur du Comité national de libération des détenus (CNLD).

Rappelons que lors du procès du lundi 21 décembre, le procureur de la République près le tribunal de Sétif avait requis à l’encontre du mis en cause une peine de cinq ans de prison ferme et une amende de 500 000 DA. Le créateur de la page Facebook “hirak mèmes”, dont l’incarcération a suscité de l’indignation, avait été présenté, le 27 avril dernier, devant le juge d’instruction qui avait ordonné sa mise sous mandat de dépôt après avoir posté sur sa page Facebook des publications humoristiques sous forme de “mèmes”, à savoir des images détournées de façon humoristique sur les pages des réseaux sociaux, notamment Facebook, et touchant aux autorités et aux préceptes de la religion islamique.

Il est placé en détention provisoire depuis le 27 avril passé. Cette durée a été prolongée de quatre mois supplémentaires, le 24 août dernier. De leur côté, d’autres activistes qui voient que la peine reste très lourde, affirment que les avocats de la défense, à savoir les neuf avocats de Walid, auraient dû demander une individualisation des accusations retenues contre le jeune partisan du Hirak.

 

 

FAOUZI SENOUSSAOUI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute