Scroll To Top

A la une / Contribution

CONTRIBUTION

Pro-prébiotiques: une nouvelle approche de lutte anti-Covid-19

© D. R.

Par : Pr TAHAR AMROUCHE
FACULTÉ DES SCIENCES BIOLOGIQUES ET DES SCIENCES AGRONOMIQUES UNIVERSITÉ MOULOUD-MAMMERI,TIZI OUZOU

La contribution des probiotiques et des prébiotiques à la lutte contre les maladies infectieuses, notamment contre la Covid-19, est jusque-là peu connue, voire ignorée.

Etant inspirée de la célèbre citation d’Hippocrate (460 av. J.-C.), père de la médecine, disant “laisser vos aliments être vos médicaments”, cette contribution se veut un éclairage et une réflexion sur une nouvelle approche thérapeutique non pharmacologique ouvrant des perspectives séduisantes en bactériothérapie. Cette approche ressuscite aussi la théorie du biologiste Elie Metchnikoff, qui a reçu le prix Nobel de médecine et de physiologie en 1908 pour ses travaux sur la défense immunitaire dans les maladies infectieuses, selon laquelle, l’ingestion de grandes quantités de bactéries lactiques par la consommation de laits fermentés augmente l'espérance de vie en protégeant l'organisme de plusieurs maladies.

En Algérie, comme dans d’autres pays, les probiotiques et les prébiotiques sont des concepts moins vulgarisés chez la communauté médicale et inconnus du large public. Ces concepts font référence à deux éléments présents ou ajoutés à notre alimentation ayant des effets bénéfiques sur notre santé. Selon l'organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les probiotiques sont définis comme micro-organismes vivants (bactéries ou levures) qui, lorsqu'ils sont ingérés en quantité suffisante, exercent des effets positifs sur la santé. Quant aux prébiotiques, ils sont communément connus comme un genre spécifique de fibres alimentaires. Autrement dit, ce sont des composants (polymères) de nature saccharidique présents dans les aliments comme la banane, l’oignon, l’ail, l’artichaut, le poireau, etc., qui traversent le système digestif sans être digérés (fibres végétales), jusqu’aux intestins, où ils fermentent et stimulent sélectivement le développement et l’activité des bactéries bénéfiques de la flore intestinale. À titre d’exemple, l’inuline est un excellent prébiotique qui peut être apporté par la galette traditionnelle préparée aux oignons ou bien présent dans la recette traditionnelle à base de soupe gratinée à l’oignon.  
Les probiotiques ont reçu plus d’attention comparativement aux prébiotiques aussi bien chez les professionnels de la santé que chez les industriels développant un business florissant en offrant une large gamme de produits à base de probiotiques (laits fermentés, produits lyophilisés, boissons, etc.). Selon le rapport publié par Coherent Market Insights, le marché mondial des probiotiques a été estimé à environ 40 milliards d’euros en 2019 et devrait dépasser 65 milliards d’euros d’ici à 2027.
En effet, des probiotiques spécifiques, comme les lactobacilles et les bifidobactéries (ou bifidus), commercialisés sous forme de complément à base de mélange de probiotiques ou d’aliment fonctionnel sont appréciés pour leurs effets thérapeutiques. Leur fonction est très proche de celles des bactéries bénéfiques de la flore intestinale impliquées dans l’homéostasie (maintien de l'équilibre) intestinale et favorables au développement et au fonctionnement du système immunitaire. Il a été rapporté que les probiotiques préviennent et atténuent les troubles digestifs comme la diarrhée aiguë associée aux antibiotiques, le syndrome de l’inflammation de l’intestin et les allergies. 
Cependant, la contribution des probiotiques et des prébiotiques à la lutte contre les maladies infectieuses, notamment contre la Covid-19, est jusque-là peu connue, voire ignorée. Face à l’absence de thérapie anti-Covid-19 efficace apte à éradiquer le virus émergent et l’urgence de réduire la sévérité des symptômes de la pathologie virale et de la mortalité, la recherche de thérapies alternatives de prévention et de traitement de l’infection virale suscite un intérêt sans cesse grandissant. Il faut bien rappeler que le monde entier ne cesse de faire face à la pandémie de Covid-19 qui est une maladie infectieuse causée par la souche de coronavirus Sars-CoV-2 et ses variants redoutés pour leur virulence et leur transmission rapide. Selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fournies en novembre 2021, plus de 246 millions de cas Covid-19 confirmés et 5 millions de décès ont été enregistrés.
Certes, le système respiratoire est la cible première de la Covid-19 et une réponse immunitaire contre le Sars-CoV-2 non contrôlée peut conduire à une immunopathologie en entraînant une réaction inflammatoire exagérée (hyperinflammation) accompagnée de lésions pulmonaires fatales. Cependant, des études récentes ont démontré qu’il existe des relations intimes entre le système respiratoire, le tube digestif et le système immunitaire.
Cela révèle donc l'importance du rôle de l’alimentation et du microbiote intestinal dans la lutte contre les infections respiratoires et digestives. Ainsi, les problèmes digestifs présentés par les patients Covid-19 résulteraient de la perturbation de l’écosystème digestif causée par le coronavirus, conséquemment, une dysbiose (déséquilibre) microbienne intestinale serait engendrée en favorisant l’activité néfaste des micro-organismes opportunistes (nuisibles) dans l’organisme hôte. 
Des preuves scientifiques s’accumulent en affirmant que les propriétés et la fonctionnalité des probiotiques et des prébiotiques ou leur association (symbiotique) consommés sous forme de gélules ou via les aliments confèrent à ces agents un rôle crucial dans la régulation des fonctions immunitaire, digestive et respiratoire de notre corps. Les travaux scientifiques publiés dans ce domaine démontrent que ces micro-organismes salvateurs sont susceptibles d’aider à lutter contre les maladies infectieuses comme la Covid-19. À titre d’illustration, en surfant sur www.pubmed.com, depuis l’apparition de la pandémie de Covid-19 à ce jour (novembre 2021), plus de 1 638 articles scientifiques ont été publiés sur les effets des probiotiques sur la Covid-19. Les articles traitant des effets des prébiotiques sur Covid-19 sont comptés à plus de 660 articles. En employant seulement le mot clé Prebiotics, on dénombre 16 777 articles, alors qu’une recherche basée seulement sur le mot Probiotics fournit 41 092 articles. Grâce aux progrès ainsi accomplis dans la recherche scientifique dédiée aux probiotiques et prébiotiques, les professionnels de la santé reconnaissent de plus en plus les effets bénéfiques, pour la santé et la nutrition humaines, des probiotiques, qu’ils soient achetés en pharmacie ou consommés via des aliments ajoutés de probiotiques. 
Les prébiotiques améliorent le transit intestinal et l’absorption de certains minéraux, notamment le calcium et le magnésium, et les métabolites issus de la fermentation des prébiotiques exhibent des propriétés anti-inflammatoires et immunorégulatrices laissant suggérer leur rôle possible dans le traitement de pathologies sévères, comme les infections d’origine virale. 
L’usage des prébiotiques est plus avantageux par rapport aux probiotiques, car le nombre de bactéries probiotiques consommées est fortement réduit non seulement lors du parcours du tractus gastro-intestinal (effet létal de l’acidité gastrique et des sucs intestinaux), mais aussi à cause du problème de l’implantation ou colonisation intestinale. L’association des prébiotiques aux probiotiques permet d’obtenir un mélange symbiotique produisant un effet combiné encore plus efficace sur l’organisme hôte. Il est relativement simple de consommer plus de prébiotiques, il suffit d’utiliser dans votre cuisine de l’ail, de l’oignon, des céréales, des légumes verts ou secs et des aliments additionnés de prébiotiques (pains, jus de fruits, yaourts). Les prébiotiques présentent des propriétés immunorégulatrices jouant un rôle indispensable dans l’immunité intestinale par activation des lymphocytes T et B et la sécrétion de cytokines.
En résumé, la pandémie de Covid-19, de par la nature, la virulence et la transmissibilité du coronavirus émergent, la réponse immunitaire des patients se révèle non contrôlée au point de générer une hyperinflammation préjudiciable, voire mortelle pour les patients sévèrement atteints de l’infection. En l’absence de remède miracle, les stratégies thérapeutiques tentées à ce jour sont limitées en termes d’efficacité, d’où l’urgence de trouver des alternatives thérapeutiques. Compte tenu des résultats probants des travaux de recherche, basés sur des essais effectués au laboratoire et en milieu clinique, publiés sur les infections respiratoire et gastro-intestinale d’origine virale, l’application d’agents immunomodulateurs naturels comme les probiotiques, les prébiotiques et les symbiotiques ouvre des perspectives prometteuses dans la prévention ou le traitement des symptômes respiratoires ou gastro-intestinaux chez les patients souffrant d’infections virales comme la Covid-19. Les propriétés anti-inflammatoires et antimicrobiennes (anti-dysbiose) de ces agents préventifs méritent d’être exploitées seuls ou en combinaison avec les thérapies déjà appliquées selon un protocole clinique bien défini et approuvé.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER