Culture Organisé depuis le 20 mars à Annaba

Clôture du Salon national du printemps du livre

  • Placeholder

A. ALLIA Publié 03 Avril 2021 à 23:30

© D. R.
© D. R.

Ouvert le 20 mars, sur le cours de la Révolution, le Salon national du printemps du livre a remballé ses chapiteaux blancs, samedi, après 15 jours d’intenses activités, qui auront fait le bonheur des amoureux de la lecture.

Deux semaines, durant lesquelles une foule bigarrée s’est fait un devoir de flâner à travers les stands, fouinant dans les stands où étaient étalés des romans de tous genres, des BD, des livres de recettes, des livres pour enfants et des publications scientifiques.

Ainsi, jeunes et moins jeunes, notamment des étudiants se sont déplacés d’un chapiteau à l’autre à la recherche de l’ouvrage qui peut faire leur bonheur et au moindre coût, parmi les milliers de publications proposées.

Lors de ce rendez-vous, qui n’aura pas failli à ses promesses, malgré la crise sanitaire, auteurs et éditeurs ont pu présenter leurs ouvrages et réaliser un chiffre d’affaires conséquent pour bon nombre d’entre eux.

Organisée avec beaucoup d’appréhension par la direction de la culture et des arts de la wilaya d’Annaba en collaboration avec la bibliothèque principale de lecture publique, l’APC ainsi que la maison d’édition “Dar El izza wel karama” d’Oran, cette rencontre a été, en effet, couronnée de succès et il faut s’en féliciter.

Ne serait-ce que pour l’ambiance exceptionnelle, qui a prévalu en ces temps maussades sur la grande place centrale de la ville côtière, après plus d’une année de suspension d’activités culturelles. Et des activités du genre, il y en a eu autour du livre et de la lecture, surtout avec des conférences, des débats et des spectacles musicaux.

La plus remarquable d’entre toutes aura été la conférence organisée le 30 mars, après-midi, par le collectif “Bône culture” représenté par Pr Fatima Zahra Bouledroua, en coordination avec la bibliothèque principale Barkat-Slimane autour du thème “éditeur et écrivain”.

Une  rencontre  animée  par  Dr. Hassina  Bouchikh  du  département  des sciences des médias et de la communication, de l’université de Badji-Mokhtar d'Annaba, au cours de laquelle 6 jeunes écrivains, dont l’âge varie entre 19 et 25 ans aux parcours aussi variés qu’intéressants, ont présenté au public leurs œuvres et échangé avec des éditeurs.
 

A. ALLIA

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute