Scroll To Top

Culture / Culture

“Le prophète et la pandémie”, de Gilles Kepel

Décryptage d’un bouleversement, de l’Orient aux banlieues

© D.R

En 2020, la Méditerranée devient “la région la plus explosive de la planète”, écrit Kepel. Une situation exacerbée par la pandémie et le krash pétrolier qui “affaiblit davantage certains États fragiles et crée des créneaux d’opportunité pour d’autres qui recourent à la provocation militaire et à la surenchère idéologique”. Les répercussions de cette crise s’étendent jusqu’en Europe, avec ce que l’auteur appelle le jihadisme d’atmosphère, “où des individus isolés, psychologiquement faibles, passent à l’acte parce que nourris de la propagande diffusée sur Internet”.

Dans son nouvel ouvrage, Le Prophète, la pandémie : du Moyen-Orient au jihadisme d’atmosphère, paru aujourd’hui en libraires aux éditions Gallimard, l’auteur, qui dirige la chaire Moyen-Orient Méditerranée à l’École normale supérieure, a construit sa réflexion sur la transformation du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord avec ses répliques jusque dans les banlieues européennes à l’ombre de la pandémie. Pour l’auteur, 2020 est une “année-bascule” ou “une année charnière absolue”. Elle est marquée par “la Covid-19 et l’effondrement du marché pétrolier”. Et ils sont, selon lui, à l’origine des bouleversements en cours dans les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Ils se sont même prolongés “jusqu’aux banlieues de l’Europe”. Dans son nouvel opus, Gilles Kepel traite des relations internationales en termes simples, sans jargonner et sans pour autant user de termes simplistes. Au contraire, en tant qu’enseignant à Sciences-po Paris, l’auteur, qui n’ignore pas que l’étude des relations internationales se situe à la croisée de plusieurs disciplines et nécessitant des connaissances de types différents, a construit son argumentaire avec l’apport principal de la science politique. Et ce, pour analyser cette “année charnière absolue”. Il a expliqué en substance que 2020 concentre tous les drames, toutes les incompréhensions, tous les dangers et aussi les quelques espoirs qui caractérisent le Moyen-Orient dans sa relation avec l’Europe.

C’est en ce sens qu’il a indiqué de prime abord que la Méditerranée et son environnement sont devenus en 2020 “la région la plus explosive de la planète”. Il y a démontré que la pandémie de Covid-19 puis l’effondrement des cours du pétrole “ont précipité des bouleversements inédits, portant des coups fatals à l’ordre géopolitique, instauré un siècle plutôt par les traités qui suivirent la Première Guerre mondiale”. Plus encore, cette combinaison de la pandémie et du krash pétrolier menace, selon lui, “des sociétés civiles que la dégringolade des bénéfices de la rente pétrolière et gazière fragilise d’autant que celle-ci avait retardé le développement d’un entrepreneuriat productif”. Et à Kepel d’ajouter : “Elle affaiblit davantage certains États fragiles et crée des créneaux d’opportunité pour d’autres qui recourent à la provocation militaire et à la surenchère idéologique, et en s’efforçant de rafler la mise en profitant du désarroi, chambardant la zone méditerranéenne tout entière, par-delà le seul Moyen-Orient.”

Fragmentation du Proche-Orient
En abordant la radicalisation jihadiste sunnite, Gilles Kepel y a énuméré trois phases : dans les années 1980-90, le jihad en Afghanistan, en Algérie et ailleurs ; au tournant du siècle, Al-Qaïda ; dans les années 2010, Daesh. “Ces deux organisations porteront le terrorisme au nom d’Allah à New York et à Washington d’abord – le 11 septembre 2001 –, puis de Paris à Nice, de Belin à Londres durant la décennie suivante, jusqu’à l’émergence d’une nouvelle phase.” La quatrième : “Le jihadisme d’atmosphère, où des individus isolés, psychologiquement faibles, passent à l’acte parce que nourris de la propagande diffusée sur Internet par des entrepreneurs de colère qui désignent des cibles.” L’auteur de Passion arabe. Journal, 2011-2013 (Gallimard, 2013) a souligné que les soulèvements à aspiration démocratique, lors du Printemps arabe de 2011, s’avèreront, pour la plupart, être “un épisode catastrophique, notamment pour les populations de Syrie, du Yémen et de Libye.

Elles subissent depuis lors des guerres civiles dévastatrices, dans lesquelles l’ingérence de puissances régionales et internationales prolonge indéfiniment le conflit, devenues otages des stratégies de chacune”.  L’auteur a expliqué en outre qu’avec le désengagement américain de la région, “une fenêtre de déstabilisation exceptionnelle” s’était ouverte. Les États-Unis, échaudés par les médiocres résultats de leurs interventions armées en Afghanistan depuis 2001 et en Irak à partir de 2003 – au regard du coût humain, électoral et financier de celles-ci – “et d’autant moins motivés pour ces sacrifices que, de l’automne 2018 au printemps 2020, ils sont redevenus le premier producteur de pétrole de la planète”. Un vide que ne pouvait combler l’Union européenne, “dont huit États sur vingt-sept sont pourtant riverains de la Méditerranée”. L’auteur a démontré enfin que le conflit israélo-palestinien se fragmente avec, d’un côté, “un pacte portant le nom du prophète Abraham, qui va des États-Unis à Abou Dhabi, au Maroc et au Soudan, en passant par Israël, agrège l’Égypte et l’Arabie et lorgne l’Irak” ; de l’autre “l’axe fréro-chiite” qui rassemble “Gaza, Qatar, Turquie et Iran, avec le soutien ponctuel de la Russie”. 

Dans ces convulsions sismiques, le président turc Erdogan tente de refaire d’Istanbul le centre de l’islam mondial. Ce dernier partage “avec la Russie de Vladimir Poutine (et jusqu’à un certain point avec l’Iran de Khamenei) une stratégie d’éviction des Occidentaux de la région, surmontant à cette fin les conflits tactiques qui avaient pu – ou qui pourraient – les opposer”.

Gilles Kepel propose, cartes et chronologie à l’appui, la mise en perspective indispensable de l’actualité pour comprendre et anticiper les grandes transformations de demain. L’auteur a indiqué avoir travaillé “en grande communion avec Fabrice Balanche, remarquable géographe de terrain et arabisant hors pair”. Les dix-huit cartes en couleur sont conçues “pour saisir immédiatement les enjeux”.

Moussa Ouyougoute

Gilles Kepel, Le Prophète et la pandémie : du Moyen-Orient au jihadisme d’atmosphère, éditions Gallimard, 336 pages.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER