Culture lancée par Yasmine Brahami et Arezki Ingrachen

“Elwani”, la vitrine de la nouvelle dynamique artistique en Algérie

  • Placeholder

Yasmine AZZOUZ Publié 27 Janvier 2021 à 09:19

Le plasticien Mustapha Nedjaï. © D.R
Le plasticien Mustapha Nedjaï. © D.R

En lançant cette plateforme, le jeune duo veut prouver que l’art et les artistes, pour peu qu’on leur donne le coup de pouce nécessaire, peuvent surmonter les entraves et constituer leur propre réseau. Son credo, c’est aussi de faciliter l’accès à l’art et aux objets de valeur au plus grand nombre.

À l’heure où la vente d’œuvres d’art est plus difficile que jamais conséquemment à la crise sanitaire et où l’inexistence d’un marché de l’art asphyxie la pérennité du secteur culturel et de ses acteurs, le duo d’entrepreneurs culturels Yasmine Brahami et Arezki Ingrachen apporte sa louable contribution en créant la e-boutique “Elwani”. Cette dernière est un espace de vente d’œuvres d’art en ligne.

Son catalogue propose autant peintures, sculptures, installations, design, œuvres numériques, que maroquinerie et objets déco fabriqués par des artisans. En lançant cette plateforme, le jeune duo veut prouver que l’art et les artistes, pour peu qu’on leur donne le coup de pouce nécessaire, peuvent surmonter les entraves et constituer leur propre réseau. 

Rendre les objets d’art et de valeur plus accessibles, c’est aussi le credo d’Elwani. “Making art accessible”, leur slogan, est le fer de lance de tout le projet. Cette accessibilité est rendue possible par la numérisation et l’adaptation aux changements que connaît l’art et la société. À ce propos, ils expliquent que “c’est par le biais de la numérisation que se construira la nouvelle donne artistique en Algérie, tout comme elle contribuera à créer un marché de l’art à fort potentiel, sur le plan tant national qu’international”.

Les cofondateurs sont “convaincus que l’art en Algérie a besoin d’un nouveau souffle et d’une vision novatrice”, affranchie et libérée des dogmes et des a priori. Pour mettre sur pied la e-boutique, Brahami et Ingrachen ont “rassemblé leurs idées” en créant un site ergonomique, conçu de A à Z par une équipe à la sensibilité artiste manifeste. Sur la page d’accueil, les portraits de plasticiens comme Mustapha Nedjaï, Karim Sergoua, Ryma Azzi ou encore Ahmed Zidi annoncent le ton. 

Tout en sobriété, la vitrine du site laisse transparaître d’emblée l’objectif premier de cet espace virtuel, celui de mettre en avant les artistes, de tous bords, de diverses sensibilités, jeunes ou moins jeunes. Par ailleurs, plusieurs rubriques composent la plateforme, en premier celle dédiée à l’art, dans laquelle l’on retrouve des sculptures, des œuvres graphiques, des photographies, de la céramique…

Sous la rubrique “Design et artisanat”, “les meilleurs designers algériens” proposent du mobilier, moderne et traditionnel, comme ce banc tissé en lattes de cuir de la créatrice Ryma Azzi ou cette décoration murale imaginée et réalisée entièrement en fer forgé par Ahmed Zidi. 

 


Yasmine Azzouz 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute