Scroll To Top

Culture / Culture

Projection du documentaire “The green path” à Sétif

Focus sur l’insertion professionnelle des jeunes handicapés

Le réalisateur Oussama Raï (à droite). © Liberté

Le théâtre municipal de Sétif a abrité dans l’après-midi de jeudi la projection du court métrage documentaire The Green Path (le chemin vert) du jeune réalisateur Oussama Rai. La troisième séance, qui entre dans le cadre d’une série de projections initiée par le cinéclub Cinéfeel depuis le début de cette année, s’est articulée en trois temps, à savoir une courte présentation du documentaire, suivie de la projection et enfin un débat. Tournée avec des moyens rudimentaires à Béni Izguen (Ghardaïa), l’œuvre de 35 mn raconte l’histoire d’une association qui fait de l’insertion professionnelle de jeunes handicapés mentaux son cheval de bataille. 

Le court métrage en mozabite, sous-titré en arabe et en anglais, retrace les différentes étapes de ce projet qui a été concrétisé grâce à la détermination et à la persévérance des membres de l’association et des handicapés. Il s’agit d’un projet d’investissement dans l’agriculture dans un environnement très difficile.

En l’espace de quelques mois, qui plus est, dans un terrain rocheux, des orangers, citronniers, oliviers et autres arbres fruitiers ont poussé dans le désert grâce au courage des handicapés qui l’ont transformé en véritable paradis. En outre, le projet consiste également en un investissement dans d’autres spécialités, dont l’élevage du poulet de chair et de pigeons et la cuniculture. `

Par ailleurs, le débat à la fin de la projection s’est articulé sur les aspects techniques de l’œuvre et son caractère social. Des critiques et remarques souvent objectives ont été faites à l’équipe réalisatrice du court métrage.

En effet, chacun des intervenants, dont des acteurs, des réalisateurs et même des profanes, s’est exprimé librement sur ce que le film, qui a déjà participé à plusieurs festivals dont les Journées du film citoyen de Tlemcen en 2019, leur inspire comme réaction.

Le réalisateur Rai Oussama a par ailleurs mis en exergue l’importance de la collaboration des membres de l’association et l’absence de complexe chez les jeunes handicapés et leurs familles. Les remarques qui ont été émises par les critiques ont été focalisées sur la qualité du son, de l’image et autres aspects techniques qui permettront d’améliorer la réalisation des films documentaires en Algérie.

Il est à noter que Cinéfeel, le deuxième ciné-club de Sétif, a depuis le début de l’année projeté deux films, à savoir Hidden Figures de l’Américain Théodore Melfi et Le Puits de Lotfi Bouchouchi. Par ailleurs, le modérateur du cinéclub, Fateh Baktache, a expliqué que The Green Path entre dans le cadre de l’animation de la vie culturelle et a pour objectif de mieux faire connaître au grand public le cinéma algérien.

“Devant l’absence de salles de cinéma, de chaînes spécialisées et de cinéclubs, nous donnons la priorité aux films algériens afin de les présenter au grand public en général et aux cinéphiles en particulier.” 
S’agissant des débats, les membres du cinéclub essayent d’encourager davantage la participation des invités qui commencent à se familiariser avec l’activité.

 


FAOUZI SENOUSSAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER