Culture 12E ÉDITION DU FESTIVAL CULTUREL DE LA MUSIQUE ET DE LA CHANSON KABYLES DE BÉJAÏA

La vallée de la Soummam renoue avec l’animation culturelle

  • Placeholder

Kamal OUHNIA Publié 07 Mars 2022 à 14:02

© D. R.
© D. R.

Le coup d’envoi de la 12e édition du Festival culturel local de la musique et de la chanson kabyles a été donné dimanche après-midi à la salle des fêtes Youcef-Abdjaoui de la ville de Sidi Aïch, en présence d’une pléiade d’artistes et de représentants des autorités locales.

Pas moins de 38 artistes, dont de jeunes talents, devraient animer cette manifestation culturelle, qui s’étalera jusqu’au 10 mars à travers quatre communes de la wilaya de Béjaïa, à savoir Sidi Aïch, El-Kseur, Amizour et Akfadou, nous a fait savoir le chargé de communication de ce festival, Achour Hammouche.

L’ouverture de cette 12e édition a été marquée par des séances d’hommage à titre posthume, dédiées à la mémoire des artistes disparus l’année écoulée, dont le peintre Tahar Khalfaoui et le chanteur Nadir Aït Zenati.

Des hommages amplement mérités, bien qu’ils soient symboliques, eu égard à leurs talent remarquable dans leurs domaines artistiques respectifs, mais aussi à leurs riche répertoire qui constitue un apport considérable au patrimoine culturel national. 

Plusieurs figures de la chanson kabyle font partie des invités d’honneur de cette cérémonie d’ouverture, parmi lesquelles on peut citer Boudjemaâ Agraw, Amour Abdenour, El-Djida Tamechtouht, Rachid Ferhani, Dahmani Belaïd et Loualia Boussaâd du légendaire groupe Idurar.

Au menu de ce festival culturel local, des concours de chant, des expositions, des spectacles de rue et de danse folklorique, en guise d’animation de proximité, mais aussi des conférences-débats, animées par des spécialistes, dont les deux animateurs de Radio Soummam Boudjamaâ Rabah et Fateh Imloul, autour des thématiques suivantes : “La chanson kabyle pendant la révolution”, “L’avenir de la chanson kabyle”, “La chanson kabyle féminine, histoire et évolution”...  

Pour la journée d’aujourd’hui, mardi 8 mars, qui coïncide avec la Journée internationale des droits de la femme, les organisateurs de ce festival ont prévu un gala artistique dans la commune d’Akfadou, qui sera animé, dans l’après-midi, par des chanteurs locaux, dont Tinhinane, Hacène Adnani, Arezki Methia, Sofiane Zane et Yacine Zouaoui.

Dans la même journée, à partir de 14h, un autre groupe d’artistes, dont Farid Braïk, Rabah Hayoune, Hichem Belguerma, L’hadi Beka et Wissam, animera un autre gala dans la commune d’Amizour, alors que dans la soirée la ville d’El-Kseur accueillera une kyrielle d’artistes, parmi lesquels figurent Mustapha du groupe Les Maghrébins, Fafa Abdjaoui, Moh Haroud, Brahim Rahim, 
Ahfir, Chafaâ Moualfi et Baylache. 

Notons enfin que ce rendez-vous annuel avec la musique et la chanson kabyles a été mis en veilleuse ces dernières années, notamment en raison du contexte politique durant les manifestations du Hirak, puis à cause de la crise sanitaire induite par la pandémie de coronavirus.

Relancé par le chanteur Lyazid Abdi, dit Azifas, ce festival culturel a repris ses marques, au grand bonheur des passionnés de la musique et de la chanson kabyles, ainsi que des jeunes talents en quête de reconnaissance artistique.

Après avoir organisé, en 2021, la 11e édition au niveau du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa, les membres du commissariat du festival ont décidé de le délocaliser cette année pour permettre à d’autres communes de la wilaya d’abriter des manifestations culturelles et de renouer avec l’ambiance festive d’antan. 
 

KAMAL OUHNIA

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute