Culture Un doc dédié au militant a été projeté au théâtre La Fourmi

Le legs de Messaoud Babadji par l’image

  • Placeholder

Samir OULD ALI Publié 22 Mars 2021 à 21:33

© D. R.
© D. R.

Le film documentaire sur le défunt Messaoud Babadji, intitulé “Messaoud Babadji, l’infatigable militant”, vient d’être mis au point par Hadj Fitas, réalisateur établi à Oran. “C’est un documentaire qui retrace le parcours de l’enseignant, militant des causes justes et hirakiste que fut Messaoud Babadji pendant près de 40 ans. C’est aussi un signe de reconnaissance à ce qu’il a apporté à Oran et à toute l’Algérie”, a indiqué le réalisateur, samedi, au cours de la projection en avant-première qui s’est tenue au nouveau théâtre La Fourmi.

Pour réaliser son documentaire, Hadj Fitas a fait appel aux témoignages de proches et amis du défunt qui sont revenus sur les différentes étapes de sa vie, son combat contre l’intégrisme islamiste, son militantisme pour la démocratie, pour les droits humains, la condition féminine mais aussi ses autres passions : la transmission du savoir – il avait préféré l’enseignement au barreau –, l’histoire des civilisations, l’ornithologie… “Il est parti trop tôt, il avait encore tellement de combats à mener, de rêves à réaliser”, ont unanimement constaté ses proches.

Le documentaire fait intervenir l’épouse du défunt, Sekoura, son neveu Ould Ali M’hamed, son cousin Djaâfar, son ami intime Me Khemisti Farid et le vice-président de la LADDH et compagnon de lutte pour les droits de l’homme, Kaddour Chouicha. Fatma Boufenik, féministe, et Athmane Bedjou, de la zaouïa alawiya, ont également apporté leur témoignage sur le travail effectué par Messaoud en termes de défense des droits de la femme et, durant les dernières années de sa vie, sur son implication dans le vivre-ensemble. “C’est grâce à lui que de nombreuses associations d’Oran ont adhéré à cette philosophie”, a reconnu Athmane Bedjou.

Après la projection du film, Bereksi Mohamed Ali, autre ami de Messaoud Babadji, a présenté l’e-book consacré au défunt qui doit être mis en ligne dans les prochains jours.

Le livre numérique compile les textes hommages envoyés par des personnalités politiques (Sadek Hadjerès, Saïd Sadi, Fethi Gharès…), des amis et collègues du défunt (Hakim Saheb, Arezki Metref…) ou encore ses étudiants de l’université Djilali-Liabès, à Sidi Bel-Abbès, et militants du mouvement associatif qu’il a formés aux droits de l’homme. “Nous avons également des hommages vidéo que nous allons insérer dans le livre”, a encore expliqué Bereksi à l’assistance.

Selon le collectif d’organisation de l’hommage à Messaoud Babadji, le film documentaire devait être mis en ligne hier lundi à partir de 18h et le livre numérique dans les jours qui suivent. “L’hommage n’est pas à la mesure de la stature de l’homme que fut Messaoud Babadji. Nous aurions aimé faire plus et mieux, mais la pandémie de coronavirus ne nous en a pas laissé le loisir”, a déploré un des organisateurs, en soulignant toutefois le mérite du collectif qui a réussi, malgré tout, à tenir son engagement.

Messaoud Babadji est décédé le 30 septembre 2020 des suites d’une longue maladie.
 

S. OULD ALI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute