Culture Lauréat de la troisième édition avec “L’homme Carrefour” (éditions Frantz-Fanon)

Le prix de l’Association France-Algérie décerné à Hakim Laâlam

  • Placeholder

Yasmine AZZOUZ Publié 28 Novembre 2021 à 09:06

© D.R
© D.R

Le prix littéraire de l’Association France-Algérie pour l’année 2020 sera décerné au chroniqueur, auteur et journaliste Hakim Laâlam pour son recueil de nouvelles “L’Homme carrefour et autres histoires d’un pays impossible” (éditions Frantz-Fanon). En lice aux côtés de l’œuvre lauréate de Laâlam, figuraient les romans “Une Valse” de l’écrivaine Lynda Chouiten, et “Voix de femmes, voies de faits” de Farida Saffidine.

La cérémonie de remise du prix littéraire de l’Association France-Algérie se tiendra le 3 décembre prochain au Centre national du livre à Paris, après un report de plus d’une année dû à la pandémie de Covid-19. Le 3e prix AFA pour l’année 2020 sera décerné au chroniqueur, auteur et journaliste au Soir d’Algérie, Hakim Laâlam, pour son recueil de nouvelles L’Homme carrefour et autres histoires d’un pays impossible (éditions Frantz-Fanon). En lice aux côtés de l’œuvre lauréate de Laâlam – qui participera par ailleurs à la cérémonie via visioconférence – figuraient les romans Une valse de l’écrivaine Lynda Chouiten (éditions Casbah), et Voix de femmes, voies de faits (éditions El-Ibriz) de Farida Saffidine. 

Dans ce recueil publié en mai 2019, Laâlam raconte “un monde mi-merveilleux, mi-burlesque, mais foncièrement grossier et grotesque”. À travers 10 nouvelles “au ton féroce, il nous prend par la main et nous guide dans les couloirs ténébreux d’un pays flottant, improbable, qui n’a plus ni passé ni avenir, mais qui se morfond dans un présent sans joie et sans ambition”. “Graves, humoristiques et lucides”, les dix nouvelles de ce livre “ont réussi le magistral exploit de mettre en métaphore, de donner une forme et un contenu, au drame algérien devenu inintelligible à force de contradictions. À travers ce livre, Hakim Laâlam explique tout ce qu’il y a d’impossible à comprendre en Algérie”.

Pour rappeler, l’Association France-Algérie a été créée en 1963 afin de maintenir les liens féconds après l’Indépendance entre les deux pays. Née à l’initiative de l’ethnologue et résistante Germaine Tillion, l’AFA “s’attache à valoriser les initiatives culturelles et la scène de création algérienne en les faisant connaître du public français”. Chaque année depuis 2017, l’Association France-Algérie attribue son Prix littéraire à un livre publié récemment, roman ou nouvelle, afin de mieux faire connaître en France les talents de la littérature algérienne et de les encourager dans leur créativité. 

Né en 1962, Hakim Laâlam est chroniqueur au quotidien francophone Le Soir d’Algérie. Depuis 1999, il a publié entres autres Le nez et la perte (éditions SAEC, Liberté, 1999), Enseignes en folie (éditions Chihab, 2008 ) ou encore Rue Sombre au 144 bis (éditions Koukou, 2013).

 


Yasmine Azzouz

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 60 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  3. Déclaration d’Issad Rebrab

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute