Économie CONSÉQUENCE DE MULTIPLES FACTEURS

Les prix du pétrole en léger repli

  • Placeholder

Youcef SALAMI Publié 05 Avril 2022 à 12:00

© D. R.
© D. R.

Les cours du pétrole se sont légèrement repliés hier, les investisseurs attendant la libération des réserves stratégiques des pays consommateurs, tandis qu’une trêve au Yémen pourrait atténuer les inquiétudes concernant les perturbations de l’approvisionnement au Moyen-Orient.

Les contrats à terme sur le pétrole brut brent ont perdu 79 cents, soit 0,8%, pour atteindre 103,60 dollars le baril, alors que le West Texas Intermediate américain était à 98,45 dollars le baril, en baisse de 82 cents, soit 0,8% également. Les deux contrats ont ainsi perdu 1 dollar à l’ouverture des marchés.

Les Nations unies ont négocié une trêve de deux mois entre une coalition dirigée par l’Arabie saoudite et le groupe houthi aligné sur l’Iran, pour la première fois dans ce conflit qui dure depuis huit ans. Les installations pétrolières saoudiennes ont fait l’objet d’attaques de la part des Houthis au cours du conflit, ajoutant à la perturbation de l’approvisionnement depuis la Russie.

C’était une menace pour l’approvisionnement, et un cessez-le-feu réduirait cette menace pour l’approvisionnement, a déclaré Phil Flynn, analyste chez Price Futures Group, cité par des médias.

La production de pétrole et de condensats de gaz du deuxième exportateur mondial (la Russie) est tombée à 11,01 millions de barils par jour en mars, contre une production moyenne de 11,08 millions de b/j en février, selon des sources industrielles.

Le  raffinage et  les  exportations  de  pétrole  russes  ont  été  frappés  par  les sanctions  occidentales  et  l’aversion  des  acheteurs  suite  à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les estimations de la perte d’approvisionnement en pétrole russe varient d’1 à 3 millions de barils par jour. Les prix du pétrole ont chuté d’environ 13% la semaine  dernière, après que le président américain Joe Biden a annoncé que jusqu’à un million de barils par jour seront vendus à partir de la réserve stratégique de pétrole américaine (SPR) pendant six mois à partir de mai.

Joe Biden a déclaré que cette libération, la troisième au cours des six derniers mois, servira de pont jusqu’à ce que les producteurs nationaux puissent augmenter la production et ramener l’offre en équilibre avec la demande. Le département américain de l’énergie a officiellement présenté une vente de pétrole provenant des réserves d’urgence, tandis que les membres de l’Agence internationale de l’énergie ont également convenu de libérer davantage de pétrole vendredi dernier. Mais, cette solution sera-t-elle suffisante ?

Dans une analyse bien documentée, L’IFP énergies nouvelles (Ifpen) explique que “si le conflit devait durer plus de quelques mois, la situation serait plus délicate, car le recours aux stocks stratégiques est limité et ne peut résoudre le déficit structurel d'approvisionnement, lié au sous-investissement dan l’amont pétrolier qui dure depuis plusieurs années”.

L’institut français rappelle que, pour ces raisons, l’AIE avait exhorté ses membres à mettre en œuvre “10 mesures” pour réduire la demande de pétrole : réduire la vitesse sur les autoroutes, adopter la circulation alternée et interdire les voitures le dimanche dans les grandes villes, promouvoir l’éco-conduite, développer les transports publics, la mobilité douce et le covoiturage, instaurer le télétravail trois jours par semaine, éviter les voyages en avion, privilégier le train et accroître l'adoption de véhicules électriques.

L’Ifpen estime que ce plan permettrait d’”économiser près de 2,7 millions de barils par jour en 4 mois”. Cependant, les  initiatives  conjointes des états-Unis  et de leurs alliés pourraient “équilibrer temporairement” les déficits d’approvisionnement en 2022, mais cela pourrait ne pas être “une solution à long terme”, a déclaré Tina Teng, analyste des marchés chez CMC Markets Apac & Canada.

En plus de l’action des pays consommateurs, les acteurs du marché pétrolier attendaient un geste des pays producteurs de pétrole et en particulier de l’Opep+ pour augmenter l’offre mondiale. Lors de sa dernière réunion, la semaine dernière, l’Opep+ a bien convenu d’une augmentation de la production en mai, conformément aux accords passés, considérant que les fondamentaux indiquaient que le marché était “bien équilibré”.

Youcef SALAMI

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute