L’Algérie profonde Dégradation du cadre de vie à Tahaggart (Tamanrasset)

Alerte au refoulement des eaux usées

  • Placeholder

Rabah KARECHE Publié 06 Avril 2021 à 23:15

© D.R.
© D.R.

Le quartier Tahaggart-Est, dans la ville de Tamanrasset, est depuis quelque temps submergé par les eaux usées. Les débordements des canaux d’évacuation des eaux usées, formant d’immenses mares, tendent à constituer un élément de décor dont personne ne semble se préoccuper, s'offusque-t-on. Les habitants sont ainsi exposés au risque de maladies à transmission hydrique, notamment en cette période marquée par le début des chaleurs. Mohamed Salah Benhaoued, représentant des habitants, vient de lancer son énième cri de détresse au sujet de ce problème qui leur a sérieusement empoisonné la vie, d’autant plus que la mare des eaux usées s’est formée non loin du boulodrome, du stade de proximité et de la placette où gambadent les enfants de la cité.

D’après lui, le réseau d’assainissement a fait pourtant l’objet d’une réhabilitation. “Les canaux ont été rénovés ainsi que les collecteurs en fonction des raccordements réalisés et des nouvelles demandes enregistrées. Malheureusement, le problème n’a pas été résolu, eu égard aux effluents pollués qui se déversent sur la chaussée, inondant tout le carrefour baptisé du nom de Mohamed Cherif-Messadia ainsi que la ruelle menant à notre quartier. On a frappé à toutes les portes, en vain. On en a marre de cette situation qui dure depuis des lustres”, peste-t-il. Pour sa part, le directeur de l’Office national de l’assainissement à Tamanrasset, Abderraouf Baâli, a assuré que le problème a été pris en charge par la Direction locale de l’urbanisme, de l’architecture et des constructions (Duac).

En effet, une opération portant réhabilitation du tronçon défectueux a été inscrite pour en finir définitivement avec ce problème, indique-t-il, en tenant à préciser que le tronçon en question n’a jamais été rénové, car la dernière opération de réhabilitation avait touché uniquement le réseau des principaux axes routiers. De son côté, le chef de service de l’assainissement auprès de la direction locale des ressources en eau, Mohammed Belouafi, a fait part “d’une proposition d’établissement de points noirs, dont celui de Tahaggart, qui a été adressé récemment à la Direction de l'urbanisme de l'architecture et de la construction (Duac) de Tamanrasset.

En attendant la concrétisation de ce projet, salvateur à bien des égards, les brigades de l’ONA interviennent à chaque fois que nécessaire pour désobstruer les collecteurs”. Contactée, la Duac de Tamanrasset, Samira Mechti, a, à son tour, fait savoir que l’opération en question est en cours d’inscription. “On attend uniquement la décision du ministère de tutelle pour pouvoir lancer les procédures du marché public et, du coup, engager les entreprises devant se charger de la réalisation des sept lots inscrits, dont Tahaggar”, a-t-elle expliqué. 

RABAH KARECHE

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute