L’Algérie profonde Agence foncière de Tamanrasset

Employés sans salaire et plus de 400 livrets fonciers bloqués

  • Placeholder

Rabah KARECHE Publié 09 Avril 2021 à 20:31

© D.R
© D.R

Le verrouillage de l’agence foncière de la wilaya de Tamanrasset, qui dure depuis plus de six mois, s’est répercuté négativement sur la gestion des affaires des citoyens, notamment concernant la délivrance des actes et livrets fonciers. Selon le secrétaire de la section syndicale de l’agence en question, Abderraouf Belhadja, plus de 400 livrets fonciers sont bloqués  depuis le départ à la retraite du directeur de l’agence en octobre 2020.

“Depuis cette date, l’administration s’est perdue dans l’infernale spirale de bureaucratie des autorités locales qui peinent à désigner un nouveau directeur conformément à la réglementation d’usage. Le citoyen n’est pas le seul à faire les frais de cet épineux problème, puisqu’il y a aussi les  travailleurs de l’agence qui sont privés de leurs salaires depuis deux mois”, se lamente notre interlocuteur, rappelant au passage l’installation contestée d’un directeur qui ne remplissait pas les conditions requises.

Le syndicaliste est revenu sur les dépassements constatés au terme de cette désignation qui, selon ses dires, n’a pas été soumise à la commission compétente. Plus explicite, il a fait part de la liste nominative des candidats  à ce poste vacant qui a été adressée au wali de Tamanrasset, Mustapha Guerriche. Ce dernier, à son tour, l'a transmise au ministère de tutelle.

“À notre grande surprise, on a désigné de connivence avec la direction locale du logement une personne hors wilaya qui, de surcroît, ne répond pas aux critères exigés par les lois en vigueur”, dira-t-il. Après plusieurs actions de protestation, le directeur “désigné” a fini par jeter l’éponge, laissant plusieurs dossiers non traités traîner sur son bureau au grand dam des citoyens concernés.

L’étau se resserre également sur les travailleurs de l’agence qui s’apprêtent à accueillir le mois sacré de Ramadhan dans la dèche. Pour rappel, plusieurs lettres de doléances ont été adressées aux autorités compétentes, dont le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, les pressant de solutionner ce problème. Cependant, la situation reste toujours stationnaire.  

 

 

RABAH KARÈCHE

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute