L’Algérie profonde TAMANRASSET

Les notables de Tarhenanet interpellent de nouveau le wali

  • Placeholder

Rabah KARECHE Publié 07 Avril 2021 à 23:21

© D. R.
© D. R.

L’électrification rurale, le  revêtement  de  la  route très dégradée et l’ouverture de l’annexe communale qui se trouve hors service depuis des mois ont été les principales revendications des habitants  de Tarhenanet, village situé à 70 km du chef-lieu de la commune de Tamanrasset.

Les notables de la région se sont encore réunis, récemment, pour arrêter un constat exhaustif  des  problèmes qui  meublent  leur quotidien, mais surtout pour rappeler “les  engagements toujours non honorés” du chef de l’exécutif quant au lancement des opérations de développement devant profiter à cette localité déshéritée.

À commencer par le service d’état civil de l’annexe communale, qui est envahi par d’épaisses couches de poussière. “Des sommes d’argent importantes ont été dépensées pour équiper le service de l’état civil en moyens matériels dans le cadre de l’amélioration du service public.

Cependant, ce matériel est toujours couvert par son plastique d’emballage, puisqu’il ne sert vraisemblablement à rien, en l’absence de personnel devant le faire fonctionner. Pour se faire délivrer un document d’état civil, on doit aller jusqu’à Tamanrasset, parcourant 140 km en aller-retour. Ce n’est pas normal”, tempête Mohammed Ghali, représentant des villageois.

Selon lui, le responsable officiellement délégué pour gérer les affaires de l’annexe “refuse de rejoindre son poste, imposant aux villageois de se déplacer jusqu’à Tamanrasset pour faire signer leurs documents officiels”.

Il faut noter que l’annexe en question abrite également un bureau de poste non opérationnel et une salle de soins qui ne répond aucunement aux besoins des quelque 500 âmes que compte le village. “Lors de sa dernière visite à Tarhenanet, le wali de Tamanrasset nous a promis d’accélérer les procédures relatives au projet portant extension de l’actuelle salle de soins, laquelle fonctionne de surcroît avec un seul infirmier logé chez nos familles.

La promesse n’est toujours pas tenue. Le village bénéficie, certes, de couverture sanitaire périodique dans le cadre des expéditions médicales programmées par l’Epsp de Tamanrasset, mais cela reste insuffisant”, explique un autre villageois, non sans dénoncer “la supercherie” de certains responsables et leurs déclarations qui ne cadrent point avec la réalité, particulièrement concernant le développement des “zones d’ombre”, dont le nombre total s’élève à 118 (102 dans la wilaya de Tamanrasset, 7 à In Salah et 9 à In Guezzam).

D’après des statistiques, ces zones ont bénéficié de 370 opérations de développement (159 opérations lancées, 63 en cours de lancement et 148 autres en attente de financement). Toutefois, la réalité est tout autre, à l’exemple de Tarhenanet et des localités environnantes qui, a-t-on constaté, vivent dans la précarité.
 

RABAH KARÈCHE

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute