L’International Accréditation d'Israël comme membre observateur à l’UA

Le président de la Commission africaine assume

  • Placeholder

Amar RAFA Publié 07 Août 2021 à 18:31

Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine. © D.R
Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'Union africaine. © D.R

Le président de la commission rappelle que “les réserves exprimées par quelques États membres de l'Union africaine à cette décision justifie son intention de l'inscrire à l'ordre du jour du prochain conseil exécutif”. 

L’accréditation d’Israël en qualité de membre observateur au sein de l’UA et l’opposition qui a été exprimée par sept pays africains, notamment l’Afrique du Sud, l’Algérie et l’Égypte, a fait réagir le président de la commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, qui assume cette décision, en affirmant qu’elle relève de sa “totale compétence, sans être liée par une mesure préalable de procédure quelconque”.

Dans un communiqué rendu public vendredi, le président de la commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat a affirmé que “suite à la décision d'accréditation du représentant de l'État d'Israël auprès de l'Union africaine, le président de la commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat tient à rappeler que cette décision relève de sa totale compétence, sans être liée par une mesure préalable de procédure quelconque”.

Le président de la commission a, en effet, tenu à rappeler cette décision “a été prise sur la base du constat de la reconnaissance d'Israël et le rétablissement de relations diplomatiques avec lui par une majorité supérieure aux deux tiers des États membres de l'UA, et à la demande expresse d'un bon nombre de ceux-ci en ce sens”. 

Tout en acceptant cette accréditation, le président réitère, “comme il l'a clairement déclaré au moment de la présentation des lettres de créances du représentant permanent d'Israël auprès de l'UA, l'attachement indéfectible de l'organisation panafricaine aux droits fondamentaux du peuple palestinien, y compris son droit à la création d'un État national indépendant, ayant comme capitale Jérusalem Est, dans le cadre d'une paix globale, juste et définitive entre l'État d'Israël et l'État de Palestine”, indique le communiqué. 

Et de préciser que “ce rappel du président de la commission découle des positions et principes maintes fois rappelés par l'OUA puis l'UA, lors des différents sommets de l'organisation”. Dans son communiqué, le président de la commission ajoute qu’il “espère vivement que cette accréditation contribuera au renforcement du plaidoyer de l'UA pour la réalisation du principe des deux États et du rétablissement de la paix tant souhaitée entre les deux États et les deux peuples”. 

Enfin, le président de la commission rappelle que “les réserves exprimées par quelques États membres de l'Union africaine à cette décision justifie son intention de l'inscrire à l'ordre du jour du prochain conseil exécutif”. Pour rappel, sept pays arabes ont informé l'Union africaine (UA) de leur objection à sa décision d'accorder à Israël le statut d'observateur au sein de l'organisation continentale, position vis-à-vis de laquelle 5 autres pays arabes et la Ligue des États arabes ont exprimé leur solidarité. 

Les ambassades d'Égypte, d'Algérie, des Comores, de Tunisie, de Djibouti, de Mauritanie et de Libye dans la capitale éthiopienne, Addis-Abeba (siège de l'UA), ont remis une “note verbale au président de la commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat”. “Prise sans le bénéfice de larges consultations préalables avec tous les États membres, cette décision n'a ni la vocation ni la capacité de légitimer des pratiques et comportements dudit nouvel observateur qui sont totalement incompatibles avec les valeurs, principes et objectifs consacrés dans l'acte constitutif de l'Union africaine”, a estimé à cet effet le ministère algérien des Affaires étrangères dans un communiqué, en condamnant la décision de l'UA.

 


A. R.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute