L’International Faisant suite de l’échec au forum de dialogue tenu à Genève

Pourparlers “décisifs” à Rome pour sauver les élections en Libye

  • Placeholder

Amar RAFA Publié 25 Juillet 2021 à 18:58

Jan Kubis, envoyé spécial des Nations unies pour la Libye. © D.R
Jan Kubis, envoyé spécial des Nations unies pour la Libye. © D.R

Cette nouvelle session de pourparlers interlibyens intervient dans un contexte où la tenue dans les délais des élections législatives et présidentielle prévues le 24 décembre prochain semble compromise.

La capitale italienne, Rome, accueille à partir d’hier une nouvelle série de pourparlers qui pourraient être “décisifs” pour sauver les élections en Libye prévues pour le 24 décembre, suite à l’échec du forum de dialogue politique sous l’égide des Nations unies à Genève. Cette information livrée par l’agence de presse italienne Nova vient confirmer l’annonce qui a été faite par l’envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Jan Kubis, devant le Conseil de sécurité des Nations unies le 15 juillet, à la suite de l’échec des récents pourparlers tenus récemment à Genève.  Hier, une nouvelle commission parlementaire spéciale devait se réunir dans la capitale romaine, ajoute la même source, en rappelant que cette commission a été créée par une décision de la Chambre des représentants libyenne de Tobrouk, en vue d’élaborer une loi électorale et de tenir des élections avant la date fixée dans la Feuille de route, a ajouté le média italien.

La même source a fait remarquer, toutefois, qu’il n’était pas clair si la commission était parlementaire ou si elle relevait de la présidence également. Lors des réunions de Rome qui devraient durer plusieurs jours, seront présents les plus hauts dirigeants libyens, tels que le président de la Chambre des représentants, Aguila Saleh, et le chef de la Haute-Commission électorale, Imad al-Sayeh, précise la même source. Cette nouvelle session de pourparlers interlibyens intervient dans un contexte où la tenue dans les délais des élections législatives et présidentielle prévues le 24 décembre prochain semble de plus en plus compromise, en raison notamment de l’échec des 75 personnalités du forum du dialogue politique libyen, réunies du 28 juin au 2 juillet à Genève, à se mettre d’accord sur les modalités des élections législatives et présidentielle du 24 décembre.
Mais pas que.

La commission militaire mixte, dite 5+5, a aussi reporté la réouverture de la route côtière reliant l’est à l’ouest du pays pour protester contre l’impasse sur le retrait des mercenaires, des combattants étrangers et des forces étrangères. Et, enfin, le Parlement n’avait pu adopter le budget du gouvernement unifié en raison du non-paiement des salaires pour des personnels issus de l’opposition. En revenant sur l’échec du forum libyen pour le dialogue politique, l’Envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Jan Kubiš, a mis en garde contre l’impossibilité de la tenue des élections en Libye sans une base constitutionnelle. “Je suis profondément préoccupé par la ramification large de l’impasse dans le volet politique électoral” du dossier libyen, a déclaré le responsable onusien lors de la réunion mensuelle du Conseil de sécurité sur ce pays, tenue à un niveau ministériel.

Lors de son exposé, Jan Kubis a déploré la présence “de blocs et de groupes aux liens et appartenances différentes au sein du forum, qui n’ont pas réussi à s’entendre sur la proposition électorale finale”, en soulignant qu’en raison de cet échec “la situation en Libye est devenue plus difficile, conflictuelle et tendue”. Le responsable onusien a exprimé son mécontentement que “les intérêts personnels soient privilégiés et obstruent la voie vers un accord sur le cadre législatif nécessaire à la tenue des élections à la date prévue du 24 décembre”, une date qui fait l’unanimité du Conseil de sécurité, dans sa résolution 2570, les textes issus de la deuxième conférence de Berlin et la Feuille de route du forum politique.  Jan Kubis, qui niera plus tard l’échec du forum de Genève, a cependant noté qu’il appartient à présent au Parlement et au Haut-Conseil d’État de préparer la législation nécessaire et de travailler à la clarification des bases constitutionnelles pour la tenue des élections à leur date prévue, le 24 décembre prochain. Une date symbolique qui coïncide avec la célébration du 70e anniversaire de l’indépendance de la Libye.

A. R.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute