Scroll To Top

A la une / Reportage

STATION DE DESSALEMENT DE L’EAU DE MER D’EL-MAGTAÂ

Le miroir aux alouettes

© D. R.

Depuissa  mise  en  service  en  juillet 2016, la Station de dessalement de l’eau  de  mer d’El-Magtaâ  (SDEM),  Oran,  n’est  jamais  parvenue  à atteindre la production maximale annoncée de 500 000 m3/jour. 

En l’espace de quatre années, elle a alterné entre le mauvais et le pire, provoquant l’incompréhension puis la colère d’Oranais auxquels les plus hautes autorités de l’État avaient pourtant promis une des plus grandes stations de dessalement au monde et qui allait définitivement les soulager de leurs graves problèmes d’eau. “C’est comme tous les mégaprojets lancés en Algérie : ils ne sont pas livrés dans les délais, coûtent plus cher qu’ailleurs et n’atteignent jamais les objectifs initiaux. Au final, c’est toujours la population qui trinque”, résume la vox populi.

Un mastodonte aux pieds d’argile
Juin 2020. En pleine crise socio-sanitaire, Oran enregistre une énième tension dans la distribution de l’eau qui complique le quotidien d'une population stressée par le coronavirus et ses exigences en hygiène. Les robinets sont de nouveau à sec et les habitants renouent avec les colporteurs d'eau et les vieux démons des années 1990-2000. Une situation qui conduit la Société de l’eau et de l’assainissement d’Oran (SEOR) à mettre en place un (nouveau) programme de rationnement pour améliorer la distribution de ce précieux liquide. Constamment pointée du doigt par les Oranais, la SEOR se défausse cette fois sur la station de dessalement de l’eau de mer d’El-Magtaâ en expliquant que ce sont les défaillances répétées de l’usine qui imposent la prise de ce type de mesures impopulaires. 
Ce qui ne surprend personne tant la méga-infrastructure, inaugurée quatre ans plus tôt par Abdelmalek Sellal, n’a jamais fonctionné à plein régime. Pourtant, la réalisation du mastodonte, qui devait arracher les Oranais à leur misère hydrique, a été confiée à Hyflux — un groupe singapourien spécialisé dans le dessalement par osmose inversée de l’eau de mer — a englouti près de 500 millions de dollars (422 millions investis par la partie algérienne et 69 millions par le partenaire singapourien chargé de la construction et de l’exploitation de l’usine). Signé en 2008 entre Algerian Energy compagny (AEC), à l’époque filiale de Sonatrach, Sonelgaz et Hyflux sous les yeux de Chakib Khelil, le contrat prévoyait que l’usine serait opérationnelle en 2011, soit 28 mois après le lancement des travaux. Il stipulait également que la station produirait 500 000 m3 avec un seuil minimum de 98%. Non seulement l’usine ne sera pas livrée dans les délais impartis, mais elle n’atteindra jamais les objectifs fixés. Résultat : quatre ans seulement après la réception de l’usine située à 60 km à l’est d’Oran, les pannes se multiplient, les installations sont touchées par toutes sortes d’avaries et la production ne satisfait pas les besoins de la population. Le mégaprojet se révèle être un échec retentissant, un autre sous l'ère Bouteflika.

La faute aux Singapouriens ?
Pour le propriétaire, Tahlyat Myah El-Magtaâ (TMM), il ne fait aucun doute que la responsabilité de ce monumental revers incombe à Hyflux. Un détail ne trompe pas : malgré sa mise en service en grande pompe en 2016, AEC n’a jamais déclaré la réception définitive de l’usine, acte par lequel la compagnie reconnaîtrait la bonne exécution des travaux. Dans une déclaration virulente rendue publique à l’été 2020, l’ancien DG de TMM, Abdelkrim Belkhalfallah, s’en prend violemment au partenaire singapourien, responsable, selon lui, de la contre-performance de l’usine. “(…) L'état de dégradation avancée de l'usine et ses installations exploitées par la société Hyflux Opération & Maintenance Algérie (Homa Eurl) démontrent clairement et sans équivoque l'échec flagrant et de façon conjointe de l'exploitant Homa Eurl et du partenaire étranger Hyflux dans la maîtrise et la conduite des opérations d'exploitation et de maintenance de l'usine. Les dysfonctionnements et les défaillances purement techniques répétitifs enregistrés, non réparés à ce jour, et le maigre rendement de l'usine sont la preuve irréfutable de l'incapacité, de l'inaptitude et de la carence du partenaire étranger à exploiter une usine de dessalement d'eau de mer de cette envergure. Il y a lieu de souligner que tous les problèmes techniques et défaillances enregistrées affectant la pérennité de la société TMM Spa et de l'usine ont fait l'objet de mises en demeure notifiées à l'exploitant depuis leur survenue, mais sans réaction diligente de l'exploitant, précipitant encore plus le degré de dégradation des installations de l'usine”, écrit-il notamment. M. Belkhalfallah, qui avait été nommé à la tête de TMM en décembre 2019 pour en démissionner six mois plus tard, enfoncera le clou en décembre 2020 en réclamant, dans un entretien accordé à Crésus, une enquête pour récupérer l’usine et l’argent dilapidé.

De la résiliation du contrat avec Hyflux
Il fera d’ailleurs de graves déclarations en évoquant des pertes annuelles de 1,5 million de dollars avec la complicité de cadres véreux et de certains responsables des filiales de Sonatrach. “L’application de la décision prise en Conseil interministériel en 2018 pour le changement d’Hyflux du site de Magtaâ n’a pas été faite par le partenaire Sonatrach (qui) n’a pas imposé l’application du contrat et ses annexes sur les opérations d’exploitation et de maintenance en charge d’Hyflux, très mauvaises depuis fort longtemps, qui auraient permis de sauvegarder l’usine, les équipements et le paiement de toutes les pertes financières par Hyflux à Sonatrach (…). En outre, l’entreprise Hyflux est portée sur la liste des services des Douanes algériennes comme un fraudeur à la législation algérienne”, énumère-t-il notamment dans sa charge en brandissant le risque de la perte de l’usine et d’un investissement de 500 millions de dollars. 
Il faut dire que la situation de la station de dessalement d’eau de mer d’El-Magtaâ avait conduit la partie algérienne à envisager, dès l’automne 2019, la résiliation du contrat avec la défaillante Hyflux Operation & Maintenance Algeria. En juin 2020, TMM notifie un avis aux Singapouriens dans lequel elle les invite à remédier aux défauts de paiement en vertu du contrat O&M sous peine de résiliation du contrat. En réponse, Homa indique qu’“elle ne souscrivait pas ou n’acceptait pas les allégations formulées dans l’avis de résiliation et compte demander conseil sur l’application et la protection de ses droits dans le projet”.  Le 23 juillet 2020, Tahlyat Myah El-Magtaâ fait machine arrière et revient sur sa menace de résiliation du contrat. Entre-temps, un nouveau P-DG est installé à la tête d’Algerian Energy Compagny, désormais filiale de la seule Sonatrach, qui instruit TMM “de suspendre la procédure de résiliation avec Hyflux”, s’insurge encore Abdelkrim Belkhalfallah, en rappelant que Hyflux a “causé de grands préjudices financiers au projet et à ses partenaires” et “est black-listée par les autorités”.  

Phase de transition ?
Pour le nouveau DG de TMM, Hamouda Ahmed Ibn Sina, la situation n’est pas aussi simple ni aussi grave pour la station de dessalement. “La résiliation du contrat avec Hyflux n’était pas une option intelligente dans la mesure où nous ne disposons pas de solution de rechange pour l’exploitation de l’usine”, explique le nouveau responsable, en affirmant que ce genre de procédure exige du temps et de la patience. Pour H. A. Ibn Sina, la priorité aujourd’hui est d’œuvrer à la réhabilitation de l’usine de dessalement avec, en parallèle, la définition d’axes d’amélioration de la production. “Nous sommes en phase de transition. Nous préparons un cahier des charges pour la réhabilitation de l’usine qui devrait être prêt en novembre-décembre 2021, ce qui permettra de lancer l’opération de réhabilitation l’année prochaine. En attendant, nous travaillons à améliorer le rendement de l’usine pour, au moins, atteindre une production de 380 000 m3 l’été prochain”, plaide le responsable, en assurant que la réhabilitation sera financée par les 60 millions de dollars de caution de garantie déposée par le groupe Hyflux “que nous avons tirée sans le consentement du partenaire”. 
Le plan de sauvetage de la station, établi par la nouvelle direction de TMM, s’étalera sur 28 mois et évitera la fermeture de l’usine, soutient H. A. Ibn Sina sans trop s’étaler sur le sort réservé à Hyflux. En dépit des assurances de la nouvelle direction générale de TMM, plusieurs zones d’ombre continuent d’entourer le dossier SDEM d’El-Magtaâ et les graves accusations d’Abdelkrim Belkhalfallah méritent qu’on s’y attarde. 
D’autant qu’au-delà de la gestion opaque du dossier depuis 2016 compte tenu de la faillite d’Hyflux dans l'exploitation de l'usine, ses dirigeants font face à des soucis judiciaires à Singapour. Une enquête permettrait d'éclairer l'opinion publique sur ce qui apparaît comme un scandale financier et de déterminer les responsabilités dans les lourdes pertes financières que l’Algérie continue de subir depuis bientôt cinq années…
 

Réalisé par : S. OULD ALI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER