Scroll To Top

Sport / Sports

Amar Souayah, entraîneur de la JSK

“Les Biskris ont refusé de jouer”

© Liberté

La JSK a été freinée dans son élan par l’US Biskra (1-1), mardi soir, lors de la mise à jour du championnat de Ligue 1.

Alors que la JSK était dans une courbe ascendante puisqu’elle venait de glaner la bagatelle de treize points en l’espace de cinq matchs joués, soit quatre victoires dont une à Alger face au leader le CRB et un match nul à Chlef, les Canaris caressaient le rêve fou de continuer sur leur lancée, surtout qu’ils avaient l’opportunité de recevoir encore à deux reprises l’US Biskra, avant-hier en match de retard, puis le NC Magra, ce dimanche au stade du 1er-Novembre. Mais voilà que les poulains d’Amar Souayah ont fini par se rappeler que le football n’est pas une science exacte du fait qu’ils ont été finalement freinés par cette coriace formation de l’US Biskra.

Il faut dire que, sous la férule d’un certain Youcef Bouzidi, les visiteurs ont bien joué le coup en se cantonnant habilement en défense pour procéder par contres, comme ils l’ont si bien fait le week-end dernier contre le MCA au stade du 5-Juillet, ce qui leur a permis de repartir avec le partage des points. Certes, les Biskris ont confirmé leur aisance à bien négocier leurs déplacements puisqu’ils venaient de décrocher leur quatrième nul consécutif hors de leurs bases, mais il faut bien admettre que la JSK leur a facilité la tâche puisque les camarades de Chemseddine Harrag auront dominé copieusement les débats pour gâcher, une fois de plus, de nombreuses occasions de but, notamment en première mi-temps.

Et pour cause, le jeune prodige kabyle Massinissa Nezla avait ouvert superbement le score d’une frappe sèche des 25 m à la 27’ de jeu, et les locaux avaient toute latitude de tuer le match bien avant la pause, notamment sur deux autres essais bien appuyés du même Nezla qui frôla le cadre au prix d’un tir puissant à ras du poteau (37’) puis d’une pichenette qui rasa la transversale, alors que l’excellent gardien biskri Ouabdi était archibattu (41’). Ce manque d’efficacité face au but, la JSK allait le payer cher, car, dès la reprise, les Biskris ont profité d’un contre judicieux pour voir ce sacré briscard de Hichem Mokhtar niveler la marque au prix d’une belle reprise de la tête en pleine lucarne (52’). Scénario bien connu, les Canaris ont été quelque peu contrariés par ce but encaissé contre le cours du jeu, et ils ont longtemps couru après ce second but qui n’arriva point, même si le rentrant Boumechra ratait encore un but tout fait (75’), alors que Mansouri pouvait toutefois forcer la décision sur cette bicyclette spectaculaire sur laquelle l’ex-gardien chélifien Ouabdi étala toute sa classe (79’).

“J’avoue que la JSK possède une bonne équipe qui pratique un beau football cette année, et j’avoue que nous n’avions pas les moyens de rivaliser sur le plan du jeu, c’est pour cela que nous avions opté pour un système défensif et procédé par des contres, ce qui nous a valu de repartir de Tizi Ouzou avec un précieux point”, dira le coach biskri, Youcef Bouzidi. De son côté, Amar Souayah était visiblement courroucé par ce nouveau semi-échec concédé à domicile, mais il a tenu à relativiser les choses en estimant que “les joueurs n’avaient pas récupéré de leur grosse débauche d’énergie consentie quatre jours auparavant contre le leader belouizdadi, alors que les Biskris ont joué la prudence et ont refusé malheureusement de jouer”. 

 

 

Mohamed HAOUCHINE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER