L’Actualité Alors que Fatiha Briki et Bouziz Aït Chebib sont maintenus en garde à vue

Les condamnations et les arrestations des activistes se poursuivent

  • Placeholder

Mohamed MOULOUDJ Publié 22 Juin 2021 à 09:11

© D.R
© D.R

Les poursuites judiciaires contre les activistes du mouvement populaire et les militants politiques se poursuivent. La liste des détenus dépasse les 300. 

Pour la journée d'hier, ils étaient plusieurs à être jugés et condamnés. D'autres sont toujours en garde à vue. Fatiha Briki, militante et enseignante est toujours maintenue en garde à vue. Des informations évoquent sa probable libération ou présentation devant un procureur avant jeudi. Bouaziz Aït Chebib, ancien président du MAK et actuel coordinateur du mouvement Akal, est toujours en garde à vue à la gendarmerie de Tizi Ouzou.

Selon ses proches collaborateurs, des éléments de la gendarmerie ont perquisitionné son domicile, hier, dans la mi-journée, mais aucune information n'a été fournie à sa famille sur les motifs de son interpellation et de la perquisition de son domicile. À Boumerdès, la chambre d'accusation a confirmé le placement sous mandat de dépôt de Brahim Gharbi.

Pour rappel, Brahim Gharbi a été placé sous mandat de dépôt par le juge d'instruction du tribunal de Boumerdès, le 8 juin dernier. Il est accusé d'attroupement non armé et d’incitation à attroupement non armé. Toujours à Boumerdès, le jeune militant Rachid Hamel du village Azouza à Chabet El Ameur a été convoqué, hier, par la gendarmerie avec 4 autres personnes. En fin de journée, les 5 personnes étaient toujours dans les locaux de ce corps de sécurité. À Bordj Menaïel, le juge du tribunal de la ville a mis en délibéré le verdict du procès des deux activistes Hocine Mohamed et Nabil Ami.

À Alger, le verdict du procès de Saïd Sakhri, dit Nacer, qui s'est tenu hier à Sidi M'hamed, a été mis en délibéré pour le 28 juin. Nacer Sakhri a été placé sous mandat de dépôt en comparution immédiate le 14 juin dernier devant le tribunal de Sidi M'hamed. Le tribunal de Baïnem a décidé de condamner Arezki Belahwal à un an de prison ferme avec mandat de dépôt, Rahim Zekkar à 6 mois de prison ferme avec sursis et 20 000 DA d'amende. Nabil Keddad a été, quant à lui, relaxé. Lors du procès, le parquet avait requis 3 ans de prison ferme assortis d'une amende à l'encontre des accusés.

Ils sont accusés d'attroupement non armé, d’incitation à attroupement non armé, d’outrage à corps constitué, d’atteinte à l'unité nationale, de publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national, de mise en danger de la vie d'autrui durant la période du confinement sanitaire. À noter également qu'El Hadi Lassouli, activiste du mouvement populaire à Alger, a été arrêté, hier. A Sétif, Mourad Hachemi et M. Chouiter ont été placés sous mandat de dépôt, hier, en comparution immédiate par le tribunal de Aïn Azal. Mourad Hachemi a été arrêté le 14 juin dernier avec perquisition de son domicile par des éléments de la gendarmerie nationale. À Aïn Defla, le verdict attendu, hier, du procès en appel des 8 manifestants est renvoyé au 28 juin.

Le parquet avait requis le durcissement de la condamnation prononcée en première instance à l'encontre des 8 manifestants, à savoir Yahiaoui Ibrahim, Mohamed Selmane, Youcef Ayache, Ahmed Chemlal, Belkacem Taalibi, Mohamed Benaouda Belkacem, Ayache Si Ahmed, Abderrahmane Hafnaoui. À noter que le verdict a été rendu le 3 janvier dernier contre les 8 manifestants, qui étaient condamnés à une amende de 100 000 DA pour 7 manifestants, alors que Mohamed Selmane a été condamné par défaut à 1 an de prison ferme et à une amende de 50 000 DA.

Ils ont été accusés d'atteinte à la personne du président de la République, publications sur Facebook pouvant porter atteinte à l'intérêt national. Plusieurs autres procès ont été tenus dans plusieurs autres villes du pays. Ils sont près d'une trentaine de manifestants à se présenter devant l'institution judiciaire pour répondre à des accusations liées principalement à leur activité politique. 

 


M. Mouloudj

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute