L’Actualité LA CHAMBRE D’ACCUSATION REJETTE LA LIBERTÉ PROVISOIRE

Mohamed Mouloudj reste en prison

  • Placeholder

Ali BOUKHLEF Publié 30 Septembre 2021 à 00:17

© D. R.
© D. R.

Le journaliste Mohamed Mouloudj, le chercheur Abdenour Abdeslam, Malek Boudjema, Arezki Oulhadj, Zohir Messaoudène, les autres détenus, arrêtés notamment pour “adhésion” à “un groupe terroriste”, resteront en prison dans le cadre de la détention provisoire.

La chambre d’accusation de la cour de justice d’Alger a, en effet, confirmé la décision du tribunal de Sidi M’hamed de mettre ces citoyens en détention provisoire. Seul un accusé, à savoir Abdenour Saïdi, amputé des deux jambes, a bénéficié d’une liberté provisoire.

Ces détenus ont été arrêtés entre le 12 et le 16 septembre derniers. Certains, comme Mohamed Mouloudj, ont été accusés de “diffusion de fausses informations susceptibles de porter atteinte à l’unité nationale” et “adhésion” à “un groupe terroriste”.

Pour les autres, la justice a ajouté d’autres chefs d’inculpation. En plus d’être accusés de proximité ou d’appartenance au Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), ils sont poursuivis pour “crime lié aux actes terroristes”, “exposition de la vie d'autrui ou son intégrité physique à un danger”, “actes de sabotage et incendies volontaires des champs et des récoltes d’autrui et atteinte à la propriété foncière d’autrui”, “réception de fonds de la part d'individus de l'intérieur et de l'extérieur du pays à l'effet de commettre des actes subversifs visant à attenter à la sécurité de l'État, à la stabilité et au bon fonctionnement de ses institutions, ainsi qu'à la sécurité et à l'ordre publics” et “appartenance à une organisation terroriste visant à nuire à la sécurité de l'État et à porter atteinte à l'unité nationale”.

Leur mise en détention provisoire a été largement critiquée par les activistes, des défenseurs des droits de l’Homme et des partis politiques. Cela d’autant plus que, parmi les détenus, se trouve un homme amputé des deux jambes. Abdenour Saïdi a  finalement  été  libéré, hier, de la  prison  de  Koléa où se trouvent tous les autres détenus.

Par ailleurs, le militant Fodil Boumala a été remis, hier, en liberté conditionnelle par la chambre d’accusation de la cour d’Alger. Il est poursuivi pour “incitation à attroupement non armé”, “outrage à corps constitués” et “présentation de publications de nature à nuire à l’intérêt national”. 
 

Ali BOUKHLEF

 

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute