Scroll To Top

Culture / Culture

Lancement du premier fonds indépendant de mobilité artistique

Connecter les artistes algériens à leur continent

© D.R

Le “Trans-Saharan Artistic Mobility Fund” permet aux “artistes et écrivains algériens lauréats du programme de mobilité de bénéficier d’un billet d’avion aller-retour pour participer à un événement culturel organisé dans un pays africain”.

Depuis des années, de nombreux artistes sont contraints d’annuler leur participation dans des festivals ou autres manifestations internationales pour faute de moyens. Pour remédier à cette situation, des acteurs culturels ont eu l’ingénieuse idée de lancer le premier mécanisme de financement indépendant dans le secteur culturel en Algérie. Intitulé le “Trans-Saharan Artistic Mobility Fund” (TSAMF), ce projet permet aux “artistes et écrivains lauréats du programme de mobilité de bénéficier d’un billet d’avion aller-retour pour participer à un événement culturel organisé dans un pays africain”, a expliqué son membre fondateur, Ammar Kessab, expert international en management et politique culturelle. 

Concernant la création du TSAMF, il nous a indiqué qu’en réalité c’est “une idée ancienne qui résulte d’un constat fait depuis plusieurs années : beaucoup d’artistes algériens n’arrivent pas à honorer les invitations qu’ils reçoivent pour participer à des événements artistiques et culturels à travers le continent africain, faute de moyens pour financer leurs déplacements”. Et de poursuivre : “Beaucoup d’événements proposent la prise en charge sur place (hébergement, restauration, per diem, etc.), mais ne financent pas les billets d’avion, qui sont parfois très chers, selon la distance et la saison de voyage.”

À cet effet, la période de confinement a permis à Kessab et à Malik Faraoun (cofondateur) de “consacrer” du temps “pour créer le TSAMF, dans le but de contribuer à renforcer les liens culturels entre l’Algérie et les autres pays africains”. À ce propos, il a insisté sur le fait que l’Algérie, “plus grand pays d’Afrique, est amenée à jouer un rôle important dans le renforcement des rapports culturels transsahariens. Une telle entreprise ne saurait être possible sans la facilitation des échanges culturels entre l’Algérie et les autres pays africains”.

Au sujet de son lancement officiel, le programme de mobilité artistique sera opérationnel dès “la réouverture des frontières”. Un appel à candidature (accompagné des critères de sélection) sera ouvert aux artistes désireux d’obtenir une bourse de mobilité. Un jury indépendant composé de personnalités artistiques et culturelles sélectionnera les premiers lauréats du programme. Pour le financement de fonds, le fondateur du TSAMF a souligné que “les contributions des membres fondateurs permettent d’assurer le financement des deux premiers appels. Par la suite, les contributions individuelles et des entreprises prendront le relais”.

Et d’ajouter : “Nous avons été impressionnés par le nombre des contributions individuelles dès l’annonce du lancement du site Internet du TSAMF et ce, avant même de solliciter les potentiels donataires.” Tout en concluant : “Cela prouve l’engouement pour le financement alternatif et indépendant de la culture en Algérie.” Selon l’expert en politiques culturelles, la crise sanitaire “a ouvert les yeux de plusieurs acteurs économiques et culturels sur l’importance d’imaginer des solutions alternatives et durables pour le financement de la culture. Le TSAMF s’inscrit dans cette nouvelle dynamique”. Pour avoir plus d’informations, consulter le site : www.trans-saharan.org. 

 


H. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER