Culture DR OUNNOUGHÈNE MOULOUD ÉTAIT L’INVITÉ DU SILA

“L’influence arabo-musulmane était bien présente en Sicile jusqu’en 1492”

  • Placeholder

Kouceila TIGHILT Publié 03 Avril 2022 à 12:00

© Liberté
© Liberté

L’auteur de Dialogue des cultures musicales, mythe ou réalité retrouve le Sila avec son nouvel ouvrage et évoque dans cet entretien son choix de la présence “physique” et culturelle de l’influence arabo-musulmane dans cette île italienne qui est la Sicile.Liberté : Le Sila signe son retour, quelle est votre impression de retrouver de nouveau vos lecteurs ?
Dr Ounnoughène : Après une mise en berne du Sila pour cause de pandémie et de confinement, on ne peut que se réjouir d’être dans cette 25e édition, un bonheur partagé avec nos lecteurs. On est tout aussi ravi de revoir et de découvrir d’autres écrivains et d’échanger nos points de vue et partager nos passions littéraires. Au cours de ma séance de rencontre-dédicace, lecteurs et mélomanes étaient curieux de découvrir les passerelles musicales et culturelles qui lient les deux rives de la Méditerranée que je traite dans mon dernier ouvrage intitulé Dialogue des cultures musicales, mythe ou réalité.

À ce propos, vous avez longuement parlé de l’Italie dans votre ouvrage. Pourquoi ce pays ?
Il se trouve que c’est l’Italie qui est effectivement l’invitée d’honneur du Sila 2022. Il est utile de savoir que la Sicile est plus proche de l’Afrique du Nord que de Rome. De part sa situation géographique, cette île représente un “hub” important d’échanges et un grand centre de flux commercial. Palerme devient une ville musulmane dès 831, durant près de 240 ans. Zyadat Allah, l’Aghlabide et Gouverneur d’Afrique envoient une flotte composée de soldats berbères et arabes pour conquérir cet espace. La Sicile sera alors sous domination abbasside et fatimide (826-962).
À partir de 1030, la Sicile devient une grande métropole de l’espace méditerranéen, aussi, un modèle de tolérance et de respect entre les différentes confessions : Grecs, Lombardes, Berbères, juifs et arabes vivaient ensemble harmonieusement. Cet état de fait rappelle bien évidemment l’Andalousie qui incarne dans ses avatars et ambiguïtés une richesse féconde… L’influence arabo-musulmane était visible et bien présente en Sicile jusqu’en 1492, année où Ferdinand II, roi d’Espagne chasse tous ceux qui n’étaient pas chrétiens.

Et sur le plan musical ?
En 1072, Roger de Hauteville qui a reconquis Palerme insistait sur l’intégration des différentes populations locales. La Sicile devient alors un confluent d’art et d’érudition, elle attire alors de nombreux poètes et savants. Ibn Hamdis Eseqli est un barde arabo-sicilien né en 1056 à Noto. Connu par ses œuvres bachiques et élégiaques et étanchant entre autres sa nostalgie à la Sicile. Il quitte cette île à la fleur de l’âge pour Taifa de Séville, puis rentre en Algérie où il bénéficiera de la protection du souverain berbère Al Mansour Ben Nassir. Le Diwan d’Ibn Hamdis comporte plus de 350 qacidas, elles vantent pour la plus part la Sicile de son enfance.

Que deviennent ces influences musicales aujourd’hui ?
Actuellement des chanteurs italiens contemporains s’intéressent au Diwan de ce barde. Etta Scollo a repris Mia Sicilia ou ma Sicile sur une tonalité mélancolo-nostalgique dans son album sorti en 2008, intitulé îl fiore splendente ou la fleur resplendissante.
En 2011, le célèbre musicien compositeur, réalisateur et chanteur sicilien Franco Battiata a mis aussi en musique certaines poésies d’Ibn Hamdis dans un opus intitulé Diwan : l’essence de la réalité.
Par ailleurs le compositeur polonais Karol Szymanowsky a écrit l’Opéra Roi Roger où il narre une scène de vie dans la Sicile byzantine, le Roi Roger s’est entouré de grands érudits tels que El-Idrissi, l’inventeur d’un planisphère en argent, ce grand penseur a aussi écrit un grand ouvrage pour illustrer ce planisphère, il est intitulé Kitab nuzhat al mushtaq plus connu sous le nom du grand livre de Roger.

Propos recueillis par : K. TIGHILT

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute