Culture MOHAMED IFTICÈNE A PRÉSENTÉ AU SILA SON ROMAN “UNE SAGA ALGÉROISE SUR LE FIL DU RASOIR”

L’odyssée de Lyès le rebelle

  • Placeholder

Nourreddine LOUHAL Publié 05 Avril 2022 à 12:00

© Liberté
© Liberté

Bien entendu qu’il y rit, l’indigène du malheur ! N’était-il pas ce Méditerranéen hilare et nonchalant ? Et, à cet égard, il se riait du trop plein d’humiliations qui s’engrangeait dans la grange de la patience et ce, jusqu’au choc de la rupture de l’éternel Novembre 1954.

Il est vrai qu’il n’y a qu’un clap d’un plateau de tournage à la romance ! S’il en est une preuve d’une révélation, celle-ci s’illustre dans le roman de Mohamed Ifticène, qui s’est détourné de sa caméra pour tremper sa plume dans l’encrier noir, d’où il a extrait Une Saga algéroise sur le fil du rasoir, qu’il a présentée au stand des éditions Frantz-Fanon ce 29 mars dernier.

À ce sujet, le réalisateur du film Les Marchands de rêves (1977) opère un flash-back au lieu même où il est né, à Bir-Djebah, sis dans la Haute-Casbah, pour transvaser sa mémoire dans le parchemin mémoriel qu’il lègue ainsi à la postérité.

Toutefois, le choix de l’endroit n’est pas fortuit, du fait que c’est à partir de la vasque du puits de l’apiculteur qu’il s’est résolu à aller sur l’itinéraire des gens et des faits auxquels il recède son récit à l’endroit si célèbre pour sa aïn (fontaine) où a prêté serment le chantre du chaabi El-Hadj M’hamed El-Anka. D’ailleurs, c’est en ce lieu où a été tourné son film Les Enfants du soleil (1987) à “taht essour” (sous le rempart), que notre interlocuteur y va de sa trame jusqu’à “B’hiret Marengo”, l’actuel jardin de Prague, à la rampe Louni-Arezki (ex-Valée).

Du point de vue de l’autobiographie, il y a quand même un brin d’intimité de l’auteur, a ajouté le réalisateur du film Les Rameaux de feu (1983) : “La fiction à l’état de pureté absolue n’existe pas. Donc, autant avouer que le fictionnel s’adapte d’un fait divers calqué sur l’évidence et le réel.” Alors, est-ce à dire que le personnage Lyès, dit le “miracle” pour avoir fait taire la fureur des canons, a existé, à l’instar de “Mimiche le solitaire” ? Apparemment oui, selon le réalisateur de Djalti (le gaucher) (1980).

“Comme l’indique l’intitulé de mon récit, il s’agit d’une allégorie assez spacieuse, voire logeable pour y accueillir l’existence d’une famille comme il en existait tant dans le vécu communautaire de l’indigénat où l’Arabe était enchaîné au fer du hideux apartheid”, a déclaré le réalisateur du film Zefef (1966).

Langé ainsi dans Portrait du colonisé de l’essayiste franco-tunisien Albert Memmi (1920-2020) où il est dit : “Il est dans l’intérêt du colonisé qu’il soit exclu des fonctions de direction et que ces fonctions soient réservées au colonisateur.” Alors, et dans cet ordre d’idées reçues, les familles casbadjie et de l’arrière-pays luttaient “nif” et ongles contre les vicissitudes du sort et de l’offense du “roumi”. C’est dire qu’il (l’indigène) s’irriguait l’âme de la fureur de vivre et de la rage de vaincre un jour ou l’autre, a ajouté le réalisateur du film Histoire d’un grand peuple (1969).

Bien entendu qu’il y rit, l’indigène du malheur ! N’était-il pas ce Méditerranéen hilare et nonchalant ? Et, à cet égard, il se riait du trop plein d’humiliations qui s’engrangeait dans la grange de la patience et ce, jusqu’au choc de la rupture de l’éternel Novembre 1954. “À l’origine, ce livre n’est que le scénario d’un film que j’avais à cœur de dépoussiérer pour l’offrir au lectorat. Dans ce but, la réalisation du film s’est heurtée à l’écueil financier. Néanmoins, j’ai osé le rêve à travers un montage financier, étayé toutefois d’un accord de principe du département de cinéma de la chaîne française Canal+ et d’une participation d’un producteur tunisien qui a fait le vœu de l’apport de la logistique et du personnel.

Reste que je n’ai pas pu réunir les 33% restants qui représentent un montant faramineux. Dans cette perspective, le choix d’une issue onéreuse n’est pas fortuit, car j’avais l’intention de le produire avec Canal+ afin d’octroyer à mon œuvre une dimension universelle”, a conclu le réalisateur du film Le Sang de l’exil (1970). S’agissant du livre, on n’en dira pas plus, si ce n’est d’aller sur l’itinéraire de Lyès…

LOUHAL Nourreddine

Une Saga algéroise sur le fil du rasoir,
de Mohamed Ifticène, éd. Frantz-Fanon,
399 pages, 1 200 DA.

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

  • Chroniques DROIT DE REGARD Trajectoire d’un chroniqueur en… Liberté

    Pour cette édition de clôture, il m’a été demandé de revenir sur ma carrière de chroniqueur dans ce quotidien.

    • Placeholder

    Mustapha HAMMOUCHE Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute