Éditorial

Une institution à émanciper

  • Placeholder

Hassane OUALI Publié 21 Septembre 2021 à 00:40

Transmettre  des  connaissances, forger  la  personnalité  et  préparer les enfants à la vie d’adulte, mais aussi et surtout à la citoyenneté. L’école algérienne  peine  à  assumer   cette  vocation   historique.  Sa  manière d’instruire, de former et d’éduquer est loin de répondre aux exigences de la modernité scientifique. Conséquence des choix politiques peu ambitieux, l’institution éducative n’a pas cessé d’enchaîner des contre-performances. La qualité de l’enseignement a évolué en s’appauvrissant outrageusement. Le taux d’échec scolaire est considérable, non pas parce que nos élèves sont moins doués, mais en raison d’un système éducatif qui a failli dans sa mission. 

Enfermée dans un populisme éhonté, notre école est soumise au chantage d’une idéologie de régression sans fin. Il ne lui reste de rationalité que le portrait de Mustapha Lacheraf qui orne les couloirs du ministère de l’Éducation nationale comme pour rappeler une brillante, mais lointaine époque. Livrée aux forces réactionnaires en faisant d’elle un centre de reproduction de la pensée dominante, l’institution est devenue, au terme d’un long  processus  d’infantilisation, otage  du  courant  islamo-conservateur.

En faisant main-basse sur l’école, il se dresse en permanence contre toute tentative d’émancipation. L’épisode Benghabrit est, à ce titre, révélateur du poids écrasant de cette famille idéologique qui, sans cesse, fait du chantage à la société.  Malgré la déroute pédagogique et morale qu’ils ont infligée à des générations d’enfants, les tenants d’une école sclérosée et ascientifique continuent de dicter la leçon à enseigner aux apprenants. 

Au nom des constantes, perfidement arborées, ils élargissent tristement leur champ  de  domination.  Et  dans  une  hypocrisie  criminelle, l’establishment a toujours appuyé ce mouvement rétrograde, alors que ses membres s’arrangent pour envoyer leur progéniture étudier ailleurs, dans les prestigieuses écoles laïques et modernes. Certains se bousculent, le matin, pour les inscrire au lycée français avant de venir le soir sur les plateaux de télé louer les mérites de l’école fondamentale. Il n’est plus possible aujourd’hui de laisser faire le massacre scolaire. Le sauvetage de l’école n’incombe pas seulement au ministre de l’Éducation, c’est un enjeu de société qu’il faudra relever. La bataille des idées se mène et se gagne autour de cette question centrale longtemps abandonnée aux forces de la réaction. ■

  • Editorial Un air de "LIBERTÉ" s’en va

    Aujourd’hui, vous avez entre les mains le numéro 9050 de votre quotidien Liberté. C’est, malheureusement, le dernier. Après trente ans, Liberté disparaît du paysage médiatique algérien. Des milliers de foyers en seront privés, ainsi que les institutions dont les responsables avouent commencer la lecture par notre titre pour une simple raison ; c’est qu’il est différent des autres.

    • Placeholder

    Abrous OUTOUDERT Publié 14 Avril 2022 à 12:00

Les plus lus

(*) Période 360 derniers jours

  1. CNR Revalorisation des pensions de retraite

  2. Déclaration d’Issad Rebrab

  3. Louisa Hanoune adresse une lettre ouverte à Issad Rebrab au sujet de Liberté Ne brisez pas cet espoir 

  4. Le sud pleure son porte-voix

  5. FAUTE DE COUFFIN FAMILIAL Voilà de quoi se nourrit Khalida Toumi en prison

  6. MARCHÉ OFFICIEL DES CHANGES Le dinar poursuit sa chute